Blackout Index du Forum
 
 
 
Blackout Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La mort nous va si bien [Lizzy]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lou Bartel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 3 Mai 2011 - 23:02    Sujet du message: La mort nous va si bien [Lizzy] Répondre en citant

    Haa les heures supplémentaires, je les détestes autant que je les aimes. Contradictoire n'est-ce pas ? Bien entendu lorsque l'on aime pas son job on compte les heures, les minutes voir même les secondes parfois. Mais quand on aime, on ne compte pas. Moi je n'aime pas mon job, je l'adore ! Oui pour vous c'est un travail sans doute dégoûtant, voir dégradant, rebutant, j'en passe et des meilleurs. Et bien pour moi c'est plus qu'un job, c'est une passion, une vocation, ma vie quoi ! Alors pourquoi je déteste les heures supplémentaires me direz-vous ? Tout simplement parce que la plupart du temps elles se traduisent sous forme de courses diverses et variées sans grand intérêt pour ce que j'apprécie le plus. Passer de temps avec mes clients, mes chers petits patients si calmes et silencieux, toujours à l'écoute de mes moindres idées étranges ou autres compte rendu de rencontre ou de sorties de la veille, leur consacrer mon temps, ma patience et mon talent, voilà ce que j'aime. Aller chercher des papiers, faire une courses pour récupérer des fleures ou autres, ce n'est pas pour moi. J'aime pas ça, ça me fait perdre mon temps !

    Et pourtant me revoilà dans la voiture du boulot pour aller chercher un corps. Normalement on nous les amène au funérarium mais cette fois on m'a dit que le corps était bien amoché et que l'autopsie durerait un peu plus long, alors pourquoi ne pas profiter et aller y jeter un œil. Et oui la formation continue ça existe aussi dans le domaine de la mort, ça vous en bouche un coin j'en suis certaine ! Cela me permettra aussi de croiser Lizzy si c'est elle qui s'en occupe, cela va faire deux semaines que je ne l'ai pas vue, si elle me snob pour flirter avec son jules ou pour une raison tout aussi futile, elle va m'entendre ma garce préférée !

    Ce qu'il y a de bien avec le véhicule du boulot c'est que je n'ai pas besoin de tourner en rond pendant des heures pour trouver une place de stationnement près de l'hôpital. Un coup d'œil sur ma montre quand je sors du véhicule, j'ai bien le temps pour une clope, après tout mort pour mort on est plus à une minute près. Je me fous totalement du regards des gens, aussi les yeux exorbité d'une petite vieille dans son fauteuil roulant devant l'entrée, attendant son "chauffeur", lorsque je m'assieds sur le capot du corbillard pour m'en griller une, cela ne provoque rien chez moi, rien d'autre qu'un sourire amusé. Ho oui, je sais que je ne suis pas conventionnelle, je suis certaine qu'une employée des pompes funèbres telle que moi on en voit pas tous les jours. Une robe bleue turquoise, par-dessus laquelle je porte un corset noir, des docMartens noires, et mes cheveux attachés négligemment avec une rose en tissu rose en guise d'attache. Oui je crois que je fais tache dans ce décors aseptisé d'hôpital.

    Ecrasant ma clope sur le sol après quelques minutes j'entre dans ce temple sentant l'eau de javel et les médicaments, et me rends à l'accueil. La demoiselle réponds quant à elle à tous les clichés de la secrétaire, ne manque que la lime à ongles en action. Elle fait semblant de pas me voir, alors là ma belle, sachant à quel point on me remarque, tu le fais exprès je le sais. Bon dans ce cas je passe mon chemin et me dirige vers l'ascenseur qui conduit à la morgue, après tout c'est pas la première fois que je viens là. Une fois dans la cage d'acier, je me rends à l'étage voulu, enfin le sous-sols voulu en l'occurrence. Sortant de l'ascenseur, je longe les couloir jusqu'à la réception de la morgue ou un beau brun semble perdu dans un bouquin spécialisé dans l'anatomie féminine sur papier glacé.

      "Moi qui pensais que tu préférais les brunes … j'ai du être une exception !"

      "Lou ! t'as pas idée de débarqué comme ça ! tu veux me faire faire une crise cardiaque ?"

      "Je pourrais, dans ce cas je pourrais t'avoir sur ma table à mon entière disposition, mais la nécrophilie c'est pas mon truc."

      "Alors, tu débarques comme ça sans t'annoncer à l'accueil ou tu mourrais d'envie de me voir ?"

      "Barbie réceptionniste semblait overbookée, et nous deux c'était passable … bon c'est pas tout mais j'ai du boulot moi !"

    Passant la réception en le laissant sur sa faim, j'entre dans la salle d'autopsie et je souris en voyant que c'est bien ma Lizzy qui s'affaire sur ce qui semble être mon client. Je m'approche de la table et inspecte les dégâts avant de poser mes mains sur mes hanches et de regarder mon amie d'un air réprobateur.

      "Lizzy chérie, rassure-moi il était déjà dans cet état quand il est arrivé ou t'avais besoin de te défouler sur quelqu'un ?"



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Mai 2011 - 23:02    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lizzy Chaplin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 4 Mai 2011 - 19:18    Sujet du message: La mort nous va si bien [Lizzy] Répondre en citant

La journée avait été particulièrement chargée. La nuit passée, de nombreux corps avaient été retrouvés en ville et dans les environs et après deux jours de week-end, la morgue était pour ainsi dire pleine. Les autopsies avaient été pratiquées à la chaine, c’était le cas de le dire mais je ne m’en plaignais pas, au contraire. Bon c’est sur qu’on n’avait pas le temps de chômer, ni même de faire une pause, clopes ou café mais ça avait le don de faire monter l’adrénaline et ça, c’était mon élément.

Dans la journée, j’eus une équipe d’étudiants de première année. J’ai donc choisi pour eux une autopsie assez corsée puisque la victime avait subi une éventration. Je sais, c’était vache, mais c’était aussi la tradition du bizutage et malgré mon impassibilité devant les faits, j’ai jubilé intérieurement, chronométrant le temps que mettrait le premier à rendre son déjeuner. C’était une tradition dans le service, on tenait un tableau des records de durées les plus courtes que mettaient les novices avant de capituler, soit par un joli vomi sur le sol, soit par une perte de connaissance totale. Bien sur, ceux qui faisaient les deux en même temps nous rapportait un bonus de points. Pour l’instant je me tenais dans le quatuor de tête, mais j’avais jamais réussi à battre cette enflure de Pattison. Je sais pas comment il s’y prenait pour rafler tous les records à chaque fois. Mais aujourd’hui, j’étais satisfaite d’avoir obtenu un joli petit 2 minutes 15 quand la blondinette n’eut même pas le temps de se tourner pour vomir son café sur la blouse de sa voisine. Si j’étais pinailleuse, j’aurai dit que le fait aurait pu me rapporter un bonus mais j’entendais déjà Pattison râler et se plaindre qu’on pouvait pas déroger aux règles.

A 19h15, il ne m’en restait qu’une seule que j’allais finir avant de partir plus tard que d’ordinaire mais je ne crachais pas sur les heures sup. Le service s’était bien vidé, il ne restait que quelques collègues, comme moi, qui devaient finir un travail. J’aimais particulièrement cette ambiance de fin de journée. L’effervescence avait laissé place à un calme plus reposant et les autopsies se passaient alors avec une certaine sérénité. On se retrouvait en tête à tête avec nos patients, et cette intimité était partagée. On prenait plus le temps pour eux, on les bichonnait presque.

Pour la dernière de la journée, le cas était assez difficile. Sur ma table se trouvait le corps d’un jeune homme pas mal amoché. Branchant le dictaphone, je commençais l’examen, d’abord à l’appui du rapport de police que j’avais sous les yeux, le lisant à mesure.


« Le 24 septembre 2019, vers 7h30, le cadavre de Marcus Stan, né le 13 avril 1998, demeurant à Seattle, a été retrouvé dans Capitol Hill, près du Cayenne, par les agents de police du quartier. Le corps est à moitié dénudé, il ne lui restait que son pantalon. Une jambe repliée avec diverse ecchymoses sur tout le corps et un sillon de strangulation. Les traces relevées sur les lieux permettent de déterminer que le corps a été trainé sur le sol en bordure de l’avenue. Le blouson qui lui appartient a été retrouvé un peu plus loin. Dans une poche se trouvait son porte feuille ainsi que 200 dollars en liquide ce qui laisse supposer que le vol n’est pas le mobile. »

Je reposais alors le dossier pour me tourner vers la victime que j’examinais minutieusement des pieds à la tête.


« De multiples lésions ecchymotiques et griffures pouvant provenir de lésions de trainage sont présentes sur la partie inférieur du corps. Les deux rotules ont subi des lésions importantes, surement dues à des coups volontairement portés. La victime est de corpulence moyenne, voire supérieure à la moyenne, son agresseur ne peut être qu’un homme avec une force conséquente. La possibilité qu’il soit vampire n’est pas à exclure. »

Je soulevais ensuite sa main, la soupesant, dépliant ses doigts avec difficulté puis j’attrapais une pince à épilé pour sortir un corps étranger que je venais d’apercevoir dans le pli de ses doigts.

« La raideur cadavérique déjà bien avancée indique que la.. »

Je m’arrêtais aussitôt en réalisant que je n’étais pas seule. Quelqu’un était là près de moi et je n’avais pas remarqué son arrivée tellement j’étais prise dans mon analyse. Relevant les yeux, je découvrais ma copine Lou qui ne manqua pas l’occasion de tourner tout ceci à l’ironie. Je coupais aussitôt le dictaphone, reposant les ustensiles et j’enlevais les lunettes que je portais.

« Lou !! Quelle surprise ! Ca fait longtemps que tu m’espionne comme ça ? »

Je la sermonnais gentiment, lui lançant un regard sévère avant d’éclater de rire et de venir la serrer brièvement dans mes bras.


« Qu’est ce que tu fais là ? T’as un client à récupérer.. ou alors tu viens pour lui ? »

Je détournais les yeux dans sa direction, tapotant légèrement sa jambe à portée, réalisant l’étendue des dégâts.


« Tu vois, y’a du boulot là, il est sacrément amoché celui là et j’ai pas encore eu l’occasion de m’en occuper vraiment. Et c'est loin d'être terminé. Tu veux rester en attendant ? »



Revenir en haut
Lou Bartel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 24 Mai 2011 - 19:11    Sujet du message: La mort nous va si bien [Lizzy] Répondre en citant

      "Quelle surprise ? tu parles t'as même pas sursauté, t'es pas drôle ! Et ça fait des années que je t’espionne …"

    Je la serre moi aussi dans mes bras avant de tourner autour de la table, observant l'amas de chair et de carcasse qui est sur la table d'autopsie. Ha pour du boulot elle a raison, il va y en avoir, je suis pas couchée moi … mais c'est ce que j'aime dans mon job, le challenge. Rendre des parfaits inconnus présentables, le plus ressemblant possible à l'image que leurs proches avaient d'eux avant leur mort. Bon j'avoue que parfois les dégâts sont trop importants et je ne peux pas toujours laisser le cercueil ouvert pour la présentation du corps… je suis douée ! pas magicienne.

      "Du boulot oui … un … truc pareil j'y avais encore jamais eu droit … tu me gâtes là !"

    Et pourtant on peut dire que j'en ai vu des cadavres. De la simple attaque cardiaque à la mort accidentelle par noyade, de l'accident de voiture à l'électrocution je m'attendais à tout à chaque fois que mon patron m'annonçait un nouveau client. Là je sens que je vais y passer des heures, et je ne compte pas les quantité de matériel qu'il va me falloir pour rendre mon client du jour présentable. Je suis plongée dans l'observation et c'est à mon tour de revenir à la réalité quand elle m'interroge.

      "C'est bien lui que je viens chercher donc je vais te trainer dans les pattes un moment à moins que tu veuilles finir tranquille et je vais aller passer du temps avec l'autre Ken là dehors …"

    Je ne cache pas grand-chose à Lizzy, c'est la seule vraie amie que j'ai depuis que je suis à Seattle, alors elle sait très bien de quoi je veux parler et si mes souvenirs sont exactes je crois qu'elle m'avait déjà prise sur le fait à califourchon sur le dit réceptionniste de la morgue. Elle me connait, et ne me juge pas à papillonner ça et là, au moins elle ne me sort pas le même discours que la femme de mon patron. Cette tête de linotte blonde peroxydée ne pense qu'à vouloir me caser avec n'importe quel type qui soit disant serait parfait pour moi parce qu'il travail dans le métier. C'est vrai qu'être thanatopracteur c'est pas très glamour pour trouver un mari, mais comme ce n'est pas ce que je cherche, je m'en fous.

    En parlant de glamour je pense au fait que cela fait bien quelques semaines que l'on ne s'est pas fait de petite sortie Lizzy et moi, je n'ai pas forcément besoin qu'elle soit là pour sortir, je sors assez souvent, mais passer une soirée avec mon amie c'est tout de même plus sympa. J'ai eu pas mal de travail ces dernières semaines, j'ai besoin de me reposer un peu enfin… après ce mandat parce que lui je sens que je vais y passer quelques longues heures. Mais elle non plus elle n'a pas trop donné de signe de vie depuis ces dernières semaines si bien que je ne sais presque plus ou elle en est elle. Faisant quelques pas je tire une chaise sur laquelle je m'assieds à l'envers remontant ma jupe pour ne pas la déchirer totalement posant mes coudes sur le dossier, mes mains soutenant ma tête je la regarde.

      "Quand j'aurai fini avec lui moi aussi, on se fait une petite soirée ? Je m'ennuie … t'es aussi débordée que moi ces temps ci ? Ou tu as quelqu'un qui accapare tout ton temps ?"


Revenir en haut
Lizzy Chaplin
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juin 2011 - 16:45    Sujet du message: La mort nous va si bien [Lizzy] Répondre en citant

Après quelques brèves embrassades de rigueurs, elle s’intéressa de plus près à mon client, lui tournant autour comme un vautour. Je la connaissais par cœur, au point de deviner déjà que, mentalement, elle échafaudait ses plans, pensant à tout le travail qui lui restait derrière à faire et ce fut sans surprise qu’elle m’annonça, pour conclure, que c’était pour lui qu’elle était là. J’affichais un sourire à sa remarque, j’aimais particulièrement quand on bossait ensemble et j’allais faire en sorte de ne pas trop l’abimer, de même l’arranger du mieux que je pourrais pour lui rendre le plus présentable possible. Je savais que certains de mes collègues se foutaient pas mal de l’état dans lequel étaient rendus les corps aux familles. Il était parfois très difficile pour les tanato comme Lou de faire convenablement leur boulot après.

J’avais rapproché la petite tablette où était disposé tout le matériel et je juchais sur mon nez les lunettes adaptées avant d’attraper le scalpel, signe que l’autopsie allait vraiment débuter. Avant de partir, elle me proposa une sortie ce soir, entre filles, ça faisait longtemps c’est vrai. Avec ma rencontre avec Djalil, j’avais eu tendance à l’oublier, elle, ces derniers temps et je devais rattraper ça.


« Bien sûr chérie, je suis toute à toi ce soir si tu veux ! »

J’envisageais le corps allongé, échafaudant mentalement la tournure des choses, comment l’ouvrir, où m’arrêter et surtout n’oublier aucune plaie. J’évitais de répondre délibérément à la question de Lou sur ce qui pouvait m’accaparer ces derniers temps. Je la laissais mariner délibérément et elle ne releva pas, sachant ô combien il était difficile de me tirer les vers du nez lorsque j’avais décidé que ce n’était pas le moment. Mais je savais qu’elle reviendrait à la charge, tôt ou tard, elle me harcellerait de questions jusqu’à ce que je cède. Mais elle s’en allait déjà, s’arrêtant toutefois sur le pas de la porte en se retournant. Je lui adressais un dernier sourire.

« 23h devant l’hôpital, ça te va ? Y’a un nouveau bar en ville, nous devons le bizuter ! »

Elle s’éclipsa dans un éclat de rire, elle savait pertinemment ce que cela voulait dire et j’en souriais moi-même avant de m’atteler à ma tâche.

*****


Quelques heures plus tard, je l’attendais devant l’hôpital. Je n’étais plus l’interne en blouse blanche mais une jeune femme prête à sortir. J’avais opté pour un haut ordinaire et un jean. Classique, du moins pour ce genre d’amusement. Le dit Ken me salua lorsqu’il passa non loin de moi. Il était de garde ce soir et cela tombait bien justement. Un clin d’œil en retour, un sourire amusé, notre petite soirée s’annonçait fort bien. Je ne mis pas longtemps à attendre, reconnaissant le moteur de la vieille Chevrolet de Lou qui finit par montrer le bout de son capot lorsqu’elle tourna au coin de la rue. Vous savez, c’est de ces vieilles bagnoles increvables, le genre qu’on a l’impression qu’elles vont rendre l’âme à chaque instant mais au final, elles repartent toujours. La sienne était bleu ciel, un modèle de 1967, une Impala. Mais c’était super confortable, fallait pas croire le contraire et tout l’intérieur était bleu, même les sièges. So kitch, j’adore !

Elle arriva jusqu’à moi, se posant comme une fleur contre le trottoir et je grimpais à bord rapidement, m’installant confortablement avant qu’elle ne redémarre.


« Ca a été alors ? Tu t’en es sortie sans trop de mal ? »

Je faisais référence à notre client en commun. Elle était à l’heure et même plutôt en avance ce qui signifiait qu’elle n’avait pas trop galéré au final. Je posais mon sac sur mes genoux, le tapotant légèrement, susurrant d’une voix mielleuse.

« J’ai tout ce qu’il nous faut et Ken est à son poste ! Nous allons au Jailhouse Rock Bar, sur la 11ème.»

Je plissais les yeux de malice, n’en disant pas plus pour l’instant.

Revenir en haut
Lou Bartel
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 4 Juil 2011 - 18:28    Sujet du message: La mort nous va si bien [Lizzy] Répondre en citant

    Assise sur ma chaise je la regarde, je l'observe, je scrute avec minutie les moindres de ses gestes. On ne fait pas le même travail bien sur, mais elle travail en amont sur ce que j'aurais à transformer en chef d'œuvre dans quelques heures. Il est encore tôt et je suis déjà en train de passer mon plan de travail dans ma tête en apercevant chaque partie du corps de ce pauvre gars exposé sur la table d'autopsie. Elle est libre ce soir, cette phrase me sort de mes rêveries, rien que le fait de savoir que l'on va pouvoir s'amuser toutes les deux me fait sourire, j'ai déjà pas mal d'idées en tête mais je pense que je la laisserai choisir ce qu'elle veut faire ce soir.

      "Un peu que je veux ! Tu me délaisses alors t'as intérêt à te rattraper ce soir !"

    Lorsqu'elle parle de bizutage j'éclate de rire, je sens qu'on va s'amuser comme toujours, et je sais que d'autres vont certainement moins rire, mais c'est ce qui nous plait après tout. Comment deux jeunes femmes qui bossent avec la mort tous les jours que dieu fait, peuvent bien se détendre. Chuuuut si on vous dit tout, tout de suite, il n'y a plus de suspens voyons… un peu de patience. Rien que le fait d'avoir évoquer ce que nous allions faire de notre soirée, j'en suis toute émoustillée, j'aime passer mes soirées avec Lizzy et me jouer du monde qui nous entoure. Les gens nous prennent pour des folles ? Et bien nous le leur rendons au centuple ! Je me lève, m'approche d'elle et lui claque une bise sur la joue avant de me pencher sur le cadavre pour lui chuchoter à l'oreille.

      "A très vite mon cher, soyez sage et laissez vous faire par ma copine Lizzy, après je m'occuperez bien de vous, promis !" me redressant et souriant à mon amie "Je te laisse travailler, je vais aller convaincre Ken de nous accompagner ce soir, tu lui donneras l'adresse du bar quand tu partiras d'ici. A plus Lizzy Chérie !"

    Je tourne les talons qui d'ailleurs claque sur le sol de la morgue alors que je rejoins la porte en riant, il faut que je m'amuse à faire tourner un peu plus la tête de ce beau gosse. Une fois sortie, je me penche sur le comptoir en faisant les yeux doux jusqu'à ce qu'il lève la tête. Je n'ai pas eu à beaucoup négocier, un long baiser langoureux, le laisser me mettre main aux fesses et la promesse de bien plus comme à chaque fois qu'il nous file un coup de main. Bon c'est pas tout ça mais j'ai un fils de macchabée à rencontré pour lui dire que l'on pourra quand même laisser le cercueil ouvert pour la veillée.

    23h04 J'éteins le moteur et caresse du bout des doigts le volant de ma Greta chérie. Quoi ? je ne vous ais pas parlé de Greta ? Mon grand amour ? Elle est si belle, tellement classe, bon un peu vieille mais increvable et pour rien au monde je la laisserais avant qu'elle ne me quitte. Bleue, des par choques aux rétroviseurs en passant par l'intérieur et les enjoliveur. Elle a la classe ma Greta. Comme Garbo ! Sauf que la mienne, ma belle Impala de 67 ne m'a jamais joué la comédie. Je fais signe à Lizzy qui me rejoint rapidement à l'intérieur et me demande des nouvelles de notre patient commun. Un large sourire sur les lèvres, je lui montre mes mains.

      "Tu oublies que je suis super douée, et que ces deux petites merveilles valent de l'or ! Comme sur des roulettes, ca m'a pris plus de temps que d'habitude mais le fils de Monsieur JeNeRessemblePlusARien à eu l'air ravie, pas que son père soit mort, ça non … mais du travail que j'ai fais … bon où on va ?"

    Je tourne la clé et ma Greta ronronne, je démarre et j'attends de savoir quel sera le lieu du crime pour ce soir. Lorsqu'elle m'apprends en plus que Ken sera à son poste ça me fait penser qu'il faudra que j'honore ma promesse en fin de nuit, ou demain j'ai congé après tout. Je me tourne vers Lizzy un sourire aux lèvres, il n'y a pas à dire ça m'a manqué nos petites virées.

      "Jailhouse … nom prometteur si on se loupe … t'as pensé à tout ! Bon alors dis moi tout … pourquoi tu m'as abandonnée ces derniers temps, tu m'as pas répondu ce matin, tu as trouvé un mec assez taré pour rester avec toi ?"

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:15    Sujet du message: La mort nous va si bien [Lizzy]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com