Blackout Index du Forum
 
 
 
Blackout Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Marie-Cerise Bergerac

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Blackout Index du Forum -> PRESENTATIONS -> Présentations -> Fiches validées -> Humains
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie-Cerise Bergerac
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 05:01    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Marie-Cerise Bergerac
23 ans
étudiante, héritière




    Oh, vous me connaissez déjà. Je suis de cette espèce évanescente qui peuple les carrés VIP et les soirées jet set. Je suis le symbole de la persistance des privilèges et de la victoire flamboyante du capitalisme décomplexé à la gloire duquel je fume chaque semaine avec allégresse l'équivalent de votre compte épargne.
    Je jouis d'un crédit illimité dans les boutiques de luxe et boites les plus hype du tout Paris. J'achète Dior comme vous achetez Proxy, et mon capital beauté s'en porte à merveille. Quand vous vous rongez les sangs pour un tas de factures impayées, mon seul soucis est de partager mon emploi du temps entre coiffeur visagiste pour la bonne tenue de ma splendide chevelure et centre d'esthétique. Je dine au Ritz comme vous faites vos courses, j'ai un dressing plus grand que votre salle à manger et je roule dans une voiture qui vous couterait dix ans de salaire, ce genre de voiture auxquelles le code de la route refuse de s'appliquer. Je suis ce visage impassible derrière le volant, à demi caché par une immense paire de Ray Ban. Le jour de mes dix huit ans, on m'a ouvert un compte bancaire à six zéro que j'ai vidé de moitié en une seule nuit pour célébrer l'évènement. Si vous avez un jour eu à faire à moi, vous rêvez sans doute de me voir empalée sur mes talons aiguille, ne vous mentez pas, vous avez tous en vous cette haine vivace et immémoriale inhérente à la lutte des classes. Je n'ai que faire de votre sympathie et votre existence m'indiffère.

    Je suis belle, riche, et parisienne. J'appartiens à cette poignée de nantis qui évolue dans les hautes sphères avec une indolence mortelle, tout en serrant entre ses griffes manucurées plus de 50% du patrimoine français. Nous habitons un monde où le prix du mètre carré rivalise avec le PIB du Bangladesh, et où la promotion sociale se fait par le cul. Nos pères sont PDG, banquiers, traders ou ministres, en conséquence de quoi nous sommes tous riches. Nos mères sont ex-mannequins, actrices, chanteuses à la gloire éphémère, inconnues aux origines slaves, en conséquence de quoi nous sommes tous beaux. Et si d'aventure la malchance s'en mêle, voyant papa perdre toute sa fortune dans un excès de spéculations boursières et les gènes de maman échouer à sauvegarder la prédisposition gueule d'ange, l'engeance qui naîtra laide et pauvre ne foulera jamais le sol de notre cercle de paradis insolent.
    Nous nous connaissons et nous reconnaissons tous comme appartenant à une seule et même tribu, et nous entretenons pour le monde d'en dessous un mépris flamboyant mêlé d'un certain amusement. Rien n'est plus jouissif pour nous que d'agiter notre abondance sous le nez de la pauvreté vertueuse éblouie qui serait prête à vendre père et mère pour être à notre place.
    Vous vous torturez inutilement. À vous entendre, quoi que nous fassions est honteux et parfaitement immoral quand on pense une seule seconde aux crève-la-misère du monde entier. Vous tentez vainement de jeter le blâme sur nos consciences avec toute la hargne de votre frustration prolétarienne. Quelque part, on ne peut pas vraiment vous en vouloir quand vous nous voyez renifler un Dom Pérignon 85 comme vous une cannette de Kronembourg. Vos rancœurs ne nous chagrinent pas, nous n'avons aucune haine à votre égard ; c'est aussi grâce à vous que nous payons notre coke.

    Je n'ai pas d'histoire personnelle, elle est la même pour tous ceux de mon monde. Je suis le fruit de l'union conventionnelle entre un PDG de firme multimillionnaire et une ex-mannequin. Papa m'a toujours royalement ignorée et maman par ses excès d'attention a fait de moi un monstre d'orgueil pire encore qu'elle même. Elle s'est faite ligaturer les trompes après ma naissance, me condamnant ainsi directement à porter sur mes uniques épaules de frêle jeune fille toute son écrasante et béate adoration. Mes premières années de vie furent lisses. Aucun drame n'est venu entacher mon adolescence, aucune ride à la surface de ma superficialité bonne enfant. J'ai toujours eu réponse cash à mes désirs immédiats. Si je suis encore à l'université c'est uniquement par convention mondaine, il paraît que papa tient à l'image familiale et je pourrais bien faire ce que bon me semblera une fois passés mes 25 ans. En attendant ce jour béni je coule une scolarité paisible à la Sorbonne ou j'étudie la sociologie plus par hasard que par accointance, et je brûle mes nuits d'ivresse au Queen ou à la Maison Blanche. J'ai mes entrées dans tous les carrés VIP, une surabondance de courtisans et au compteur des centaines d'heures passées à arpenter les grandes enseignes des Champs Élysées. Mes journées sont une interminable succession d'actions répétitives, je côtoie des centaines de personnes sans intérêt, ai plus de maisons que de véritables amis et j'ai plus de deux cents numéro dans mon téléphone portable que je n'appellerai jamais. Je m'ennuie comme un rat mort.

    Vous savez, je serais capable d'attendrir une armée entière sur ma pauvre existence d'enfant sur-gâtée si je descendais un jour du piédestal de mon arrogance cynique. Mais je vous emmerde, je préfère cent fois votre haine à votre pitié. Je suis une princesse et je ne supporte pas de laisser indifférent. Jouer avec vous est mon seul loisir gratuit et mon unique enjeu authentique. Je pratique avec jubilation la très noble distraction de marionnettiste de l'humain. Les garçons de mon milieu ont cela de déplaisant qu'ils se lassent beaucoup trop vite : Pourquoi s'ennuieraient-ils à me courir s'ils peuvent allonger la première greluche venue juste en claquant des doigts et entrouvrant le porte monnaie ? Vous, c'est différent, car vous, vous me rêvez. Et tout l'argent de tous mes comptes ne pourra jamais acheter la lueur que je chérie dans vos yeux : Je suis un autre monde pour vous, un continent inconnu, l'unique de mon genre que vous ne côtoierez jamais et votre seule chance à saisir. Je vous suis exclusive, et à mes cotés, vous avez la sensation de toucher au sublime. Plus vous m'adulez et plus je vous teste. Plus vous me suivez et plus je vous frappe. Jouons ensembles... Jusqu'où m'aimerez-vous ? Je crève les cœurs comme on crève les pustules des emballages en plastique. Je ne m'attache à rien, ni personne, et dans cette divine comédie je frôle parfois du doigt la sublime illusion du contrôle absolu.
    Je vous collectionne. Jérémy, Chris, Florian, Jim, Gaëtan... Leurs noms se mélangent, leurs visages se mélangent, car en général mes sujets ne tiennent pas plus de quelques semaines. Je ne me souviens que de ce pauvre Bernie, qui par quelque improbable miracle de la nature s'est accroché à mes escarpins plusieurs mois durant, jusqu'à ce qu'un quelconque autre pantin de mon petit théâtre ne trouve opportun d'exprimer sa jalousie en lui faisant gouter le trottoir devant l'université. C'est à regret que je du alors me séparer des deux : Je ne pouvais décemment pas garder dans mes rangs un fauteur de trouble à mon ordre ni passer pour une pathétique samaritaine en ramassant le minable qui s'était publiquement fait corriger.

    Mon existence est parfaite, lisse, exaltante et formidablement vide. La suite... C'est mon piment délectable.

    Une nuit, je roulais trop vite sur le périph', une dizaine de vodka dans le sang. J'ai percuté de plein fouet une twingo dont j'ai envoyé illico le conducteur à l'hôpital, entre la vie et la mort. Je m'en suis sortie grâce à quelque miracle indécent et l'excessive qualité de ma carlingue avec à peine quelques contusions. Papa eut vite fait de faire oublier mon test d'alcoolémie par une liasse de biftons judicieusement placés, et s'en fut fini de ma reine léthargie. La sacro-sainte image familiale ne pouvait plus longtemps souffrir de mes frasques suicidaires. Papa décida de m'expatrier à l'autre bout du monde dans le cadre de mes études car, espérait-il, loin de Paris et de mes connaissances je deviendrais consciente de mes responsabilités.
    Oui, je suis en master, ne vous en déplaise, je suis loin d'être stupide. Mon thème : « Preuves de la non-existence des vampires ». Cette idée m'est venue par hasard, en me rendant à l'entretien de motivation. L'imagination humaine est bien pathétique quand il s'agit de dépeindre la puissance d'un persécuteur invisible... Ces rumeurs sont aussi absurdes que le nombre de paires de Louboutin dans mon dressing. Les vampires, je les croise chaque jour dans le XVIème. Et ils ne portent ni cape noire ni crocs saillants. Ils s'habillent en Armani et paient l'impôt sur la fortune. Les vampires, c'est nous...




    … Nous sommes en haut, il faut croire que Dieu a ses raisons pour cela. Nous avons le pouvoir, l'opulence, l'autorité sans borne, le soleil immobile à notre zénith, la jouissance sans partage, l'immense oubli des autres. Nous sommes comme vous, ni meilleurs, ni pire. Nous nous rêvons des dieux, mais soyons malades demain, et nous verrons frissonner dans la fièvre notre divinité. Nos pieds marchent sur des têtes, mais inconscients, ce n'est pas notre faute, c'est la Babel sociale qui en a voulu ainsi. L'écrasement est une loi millénaire. Les carrosses existent, nous sommes dedans, vous êtes sous la roue. Mettez-vous de coté, laissez passer.
    Le monde est ainsi fait, il en va de même depuis la nuit des temps. Cette dualité est intemporelle, et l'équilibre restera toujours le même car nous nous sommes mutuellement indispensables, il ne peut en être autrement. Avouez peuple, vous aimez vos seigneurs, c'est le masochisme des masses. Notre lueur vous éblouis, pauvres papillons affamés d'incandescence. Je suis belle, je le sais, et vous le savez aussi. Je vous dégoute autant que je vous attire, irrémédiablement, et vous brûlez vos ailes à ma contemplation. Je suis l'objet du voyeurisme honnis de vos fantasmes indécents, la fascination du pire. Je bois la jalousie des femmes avec autant de délectation que le désir coupable des hommes. Et quand d'une voix unanime vous souhaitez ma mort dans une souffrance infinie, dans la moiteur ambrée de mes nuits blanches et entre mes chimères artificielles, je lis clairement vos songes secrets entre deux éclairs de stroboscope : Vous me rêvez morte, et vous violez mon corps sans vie. Vous souillez ma perfection fantasmée dans une profanation mystique. Vous me saignez et vous me baisez, me réduisez à néant, salissez tout ce qui brille en moi dans une jouissance transgressive et jubilatoire. Vous arrachez ma crinière blonde, crevez mes yeux bleus limpides, emplis de tout le mépris que je porte au genre humain ; Vous déchirez mes lèvres pulpeuses, tranchez ma gorge délicate, lacérez ma peau fine. Vous m'écartelez en place publique, tailladez mes jambes et mes seins galbés ; mon anatomie bronzée déchiquetée, éparpillée aux quatre vents et vous jouissez sur les entrailles du diable encore fumantes. J'offre mon image en pâture à tous vos instincts pervers. Je suis la muse de la frustration meurtrière, je donne le ton de vos couleurs assassines. Je suis le défouloir de vos haines ensevelies, considérez moi comme l'exutoire de votre genre, je prendrais à mon compte toutes vos rancœurs mesquines, je serais la salope, la pétasse, la sale bourge, je serais l'Ennemi dont vous avez besoin, croyez moi, je vous comblerai et vous m'adulerez. Et cracher sur mon essence vous évitera bien des séances chez le psy.

    Vous ne sauriez me procurer plaisir plus intense.

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 05:01    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Marie-Cerise Bergerac
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 05:21    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant


    Lien éventuel avec un autre personnage déjà présent : Bernard. Prononcer Bernie lorsque sa foi vacille. Je n'ai jamais retenu son nom de famille...

    Désirez-vous un binôme ? Laissons le temps au temps

    Nom de votre avatar : Amanda Seyfried

    Avez-vous envoyé les mots de passe à Mnesis ? Oui mon bon seigneur.

    Comment avez-vous connu le forum ? Dans quelle étagère... ?

_________________
Revenir en haut
Mnesis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 762
Localisation: Dans les limbes

MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 16:33    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Marie-Cerise, vous êtes délicieuse. Vous êtes inutile, mais délicieuse, je ne vois donc absolument aucune raison de vous ouvrir les portes du... mh, carré VIP de Seattle. Retrouvez votre monde dans les hautes sphères de la ville, mais prenez garde, les loups ici ont les dents plus longues qu'à Paris.

Nous n'attendons plus que l'accord du jeune Bernard, qui ne saurait se faire attendre, pour vous valider officiellement.
_________________
[Postes vacants] - [Listes] - [Groupes]
Revenir en haut
Pandore Liddell
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 3 377
Localisation: Ici ou Ailleurs.
Féminin

MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 16:46    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Cherry, Marie-Cerise... même fruit, même combat. Personnellement, mon fantasme coupable mais assumé serait d'assister à votre duel à mort. Avec Chuck Bass et Blair Waldorf dans le public... Oh ça va hein, on a les références qu'on peut! Mr. Green

(Marie-Cerise, je t'aime déjà!)
_________________
Revenir en haut
Bernard Schwarzkopf
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 20 Avr 2010
Messages: 42
Masculin

MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 19:42    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

M-C in da house!

Huhu.

Hum.

Oui.

Ben ouais quoi, voilà voilà, j'approuve - dans quelle mesure ne pourrais-je pas? Réponse : dans aucune.
Ainsi soit-il.

Va, funeste engeance, va déverser ton venin et ton argent sur Seattle - You filthy bitch, I love you.
Revenir en haut
Mnesis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 762
Localisation: Dans les limbes

MessagePosté le: Mer 27 Oct 2010 - 20:14    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Ainsi soit-il.

(Et Bernard, je vous prie de châtier votre langage.)
_________________
[Postes vacants] - [Listes] - [Groupes]
Revenir en haut
Marie-Cerise Bergerac
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Jeu 28 Oct 2010 - 04:41    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Mnesis, si j'avais un brin de courtoisie, soyez assuré que je vous remercierais. Et si Bernard ne châtie pas son langage, je me chargerai de le châtier tout court.

Pandore : Oui, je suis très attachante...

Bernie : Rien que je ne sache déjà, mon tendre, rien que je ne sache déjà.
_________________
Revenir en haut
Jibril de Nepheim
Djinn

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 128
Localisation: Hôpital Grace CHU

MessagePosté le: Jeu 28 Oct 2010 - 11:32    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Voilà un perso très intéressant qui est enfin joué... et la fiche est vraiment extra!

J'ai hâte de suivre vos aventures mademoiselle, bienvenue à Seattle!
_________________
~Gardien des Portes~


~Nemaïdès de Nepheim~
Revenir en haut
Alistair Haarp
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 28 Aoû 2009
Messages: 2 578
Localisation: Seattle

MessagePosté le: Jeu 28 Oct 2010 - 12:30    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

    Oh, une humaine ... Quelle joie, une si belle entrée en matière. Très belle fiche. Un conseil, ne faites confiance à personne, ici, ce sont tous des horripilants psychopathes pervers en quête de nouvelles proies. Contrairement à moi. Mr. Green

_________________
FICHE • &&

Revenir en haut
Pandore Liddell
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 3 377
Localisation: Ici ou Ailleurs.
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Oct 2010 - 13:54    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Ouais MC, tu peux faire confiance à Alistair, c'est une vraie crème... Mr. Green
_________________
Revenir en haut
Marie-Cerise Bergerac
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 27 Oct 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Jeu 28 Oct 2010 - 20:06    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac Répondre en citant

Devant pareils bienvenus... Je vais devoir utiliser un mot absent de mon vocabulaire depuis bien longtemps, mais en de tels cas, il est dit-on bienséant d'en user, et tacher d'adopter le ton qui le rendra sincère Rolling Eyes

... Merci. A tous.

[ ]
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:08    Sujet du message: Marie-Cerise Bergerac

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Blackout Index du Forum -> PRESENTATIONS -> Présentations -> Fiches validées -> Humains Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com