Blackout Index du Forum
 
 
 
Blackout Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Laodicé Capella

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Blackout Index du Forum -> PRESENTATIONS -> Présentations -> Fiches validées -> Vampires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 15:07    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Nom :
Capella
Prénom :
Laodicé

Âge réel :
Plus de deux mille ans
Âge physique :
une quinzaine d’années



Extrait du livre III de Mégaclès, traduction du grec ancien.


[…] « Erichton marchait de son large pas, sa haute carrure n’était qu’une ombre gigantesque qui se confondait avec celles des chênes. C’est sur son dos que je l’ai vue pour la première fois, agrippée à l’épaule droite du géant.

Physique


C’était une jeune fille au teint si pâle que ses veines bleutées se dessinaient en transparence sous sa peau fine. La couleur de ses yeux était variable, aussi en journée elle semblait aussi claire que l’eau bleue de l’océan, tranchant avec les cernes sombres qui soulignaient ses paupières et la nuit, ses iris se colorait de nuances argentées où les constellations de mille univers se reflétaient. Ses longs cheveux lisses lui arrivaient à la taille et leur couleur foncée s’opposait avec sa peau de porcelaine. Ils l’enveloppaient d’un manteau soyeux et couraient derrière elle comme une ombre lorsqu’elle se déplaçait. Mais elle ne quittait que rarement l’épaule solide d’Erichton… De petite taille et de corpulence mince, l’enfance marquait encore les traits de son visage et l’innocence qui s’y posait. Toutefois, sa grâce et son aisance, autant dans sa démarche que dans sa voix, me faisait oublier aussitôt cette impression d’immaturité, lorsque parfois, elle s’adressait à moi. Je me souviens d’avoir touché sa main, plus froide que la neige et avoir pris peur car elle semblait privée de vie. »[…]

Caractère


« Et en cette heure tardive, j’ai dit : "ô Erichton, qui est cette enfant qui t’accompagne même durant tes campagnes guerrières?" Et il m’a répondu en ces termes : "Laodicé est ma fille et ma sœur et elle sera bientôt mon unique mère." A cette réponse étrange, j’exigeais plus d’explications, alors il poursuivit. "Elle est plus sage que bien des anciens et ses paroles sont comme de l’or. Sa force de caractère et son entêtement sont à l’origine de son courage car elle semble n’avoir peur de rien. Elle entend le chant des arbres et de la terre et les animaux étaient sa seule compagnie avant moi, car elle ne prête sa confiance qu’en de rares occasions. Laodicé te surprendra par l’étendue de ses connaissances, c’est elle qui m’a enseigné les lettres et d’autres langues parlées dans de lointaines contrées, ainsi elle est mon professeur et j’admire son intelligence et sa vivacité d’esprit." Jamais je n’avais entendu Erichton discourir sur les qualités d’une femme car son éducation le poussait à mépriser ces créatures. […] Mais je dû remarquer que sur le visage impassible de Laodicé, la seule trace d’admiration était vouée à Erichton. Car elle se montrait hostile envers ceux qui l’approchaient, et ses seuls sourires étaient dédiés à notre roi. »


Dernière édition par Laodicé Capella le Mer 29 Juil 2009 - 15:58; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 15:07    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 15:13    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Laodicé caressa la reliure du vieux livre d’histoire, son visage imprégné de mélancolie, avant de le ranger précieusement dans son sac à main. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus vu Mégaclès, à vrai dire, il était mort depuis des siècles… La bibliothèque abondait en recueils anciens, véritables antiquités, mais elle savait qu’elle ne trouverait pas ce qu’elle était venue chercher. Car aucune trace de son peuple n’avait été recueillie par les archéologues, sa cité avait été détruite par les guerres et le nom de ses ancêtres oubliés… ainsi la période où elle avait été humaine semblait disparue pour toujours… Elle s’avança avec légèreté entre les rangées de hautes armoires avant de s’arrêter et de perdre son regard dans le vague… elle n’avait pas oublié…

    Récits.

    La légende de l’ogresse.


    C’était l’une de ces nuits sombres et sans lune, les nuages obscurcissaient le ciel et les voyageurs ne pouvaient utiliser les étoiles pour retrouver leur chemin. Perdus au beau milieu de la forêt, ils espéraient arriver au plus vite à leur village et parvenir à traverser cet endroit dangereux sans encombres. Chacun savait que les esprits de la nature n’aimaient guère être dérangés la nuit… Mais l’une des jeunes femmes de l’expédition était enceinte et ne pouvait suivre le rythme de leur marche, seul son mari la soutenait et tentait de convaincre les autres de l’attendre, sans succès. Ils se retrouvèrent bien vite distancés et la future mère sentait la douleur de ses contractions qui lui annonçait la naissance proche… Aussi, ils s’arrêtèrent, l’homme alluma rapidement un feu pour leur camp tandis que la femme adressait une prière à mi voix…

    « Thuna, déesse de la terre, aide moi à mettre au monde un enfant sain! Pardonne moi d‘abreuver de sang ton territoire sacré! »


    Un bruit secoua les fourrés, sans doute un animal sauvage les épiait-il et l’homme s’arma d’un gourdin, surveillant les alentours. Durant ce temps, la femme devenait mère, et le sang frais de la naissance se rependit autour d’elle, alors que le bébé laissait entendre ses premiers cris. L’homme se redressa vivement, prêt à défendre sa progéniture mais il fut repoussé avec violence par une ombre surgie de derrière les arbres et devant ses yeux apparu alors Thuna, la femme-démon, l’ogresse nue et recouverte de tatouages monstrueux… ses yeux brillant au cœur de l’obscurité. Elle se rua sur l’homme, sa gueule béante laissant entrevoir des crocs aiguisés, et planta ceux-ci dans la gorge du malheureux, l’égorgeant avant de se repaître de son sang dans une scène horrible. Lorsqu’elle se fut rassasiée, elle tourna son visage hideux et sali par son atrocité vers la jeune mère, regarda son enfant et grimaça. Sa voix rauque semblait sortir des entrailles de la terre…

    « Si tu veux sauver ta fille, il te faudra l’élever dans mon culte et en faire l’une de mes prêtresses. Si tu oublie, ton peuple entier subira ma malédiction! »


    La mère ne pouvait qu’obéir… Ainsi, elle retourna tant bien que mal dans sa cité et narra son histoire à son clan. Ceux-ci nommèrent l’enfant Thunaïa afin de rendre grâce à la déesse, et l’éduquèrent selon son rite. Toutefois les guerres secouaient le pays, ravagés par de nombreuses invasions d‘Alexandre le Grand. Soumis à la dominance de l‘Empire, le peuple des Sytes dû bien vite se rallier à leur religion et briser leurs idoles. Le temple dont Thunaïa s’occupait fut détruit et l’on construisit à sa place un lieu de culte dédié au grand Poséidon. Les plus jolies jeunes filles de Sytia furent emmenées en Grèce afin d’être offertes en esclavage et parmi elles, la jeune Thunaïa, alors qu’elle n’était qu’à l’aube de ses quinze ans… Devant subir les brimades et les coups des soldats, la jeune fille se rebella et alors qu’ils traversaient la forêt, elle bondit hors du chariot et adressa devant tous une prière à la déesse d‘une voix forte.


    « Thuna, déesse de la terre, libère moi de ces impurs et détruit-les! Je suis Thunaïa, ta fidèle, ne vas-tu pas m’aider? »


    Son insolence et sa témérité firent rire les soldats mais cela ne les empêcha pas de la battre avec cruauté jusqu’à ce que son corps ne bouge plus… et ils la laissèrent pour morte sur le bord du chemin… Pourtant, le soir même, alors que le camp s’était arrêté pour la nuit, des branches craquèrent et la mort sortit des bois. Le petit groupe fut décimé en quelques instants, sans avoir le temps de réagir, une silhouette insaisissable les égorgèrent un à un… Même les esclaves subirent le courroux de la déesse car ils avaient renié son culte. Et après avoir accompli son ouvrage funeste, la déesse nue, habillée de sa chevelure sauvage s’approcha de Thunaïa qui gisait, agonisante.

    « J’ai exaucé ton vœux. Ta vie m’appartient depuis ta naissance… Viens.»


    Les crocs s’enfoncèrent dans sa chair et son sang fut bu entièrement par l’ogresse. Celle-ci lui fit alors boire le sien, et l’immortalité emplit les veines ainsi qu’une souffrance insupportable qui brulait son corps de l’intérieur… Pendant plusieurs nuits, la douleur ne cessa pas, au point que Thunaïa cru en perdre la raison. Mais lorsqu’elle s’éveilla enfin, la déesse mère était à ses cotés et elle lui jura de lui apprendre tous les secrets des dieux. Cependant, elle lui révéla qu’il lui serait impossible de sortir de la forêt sacrée, sous peine de mourir loin de sa protection magique… Et l’enfant comprit avec horreur qu’elle était devenue une buveuse de sang, une ogresse... Terrorisée, elle essaya tout de même de s’enfuir, sans tenir compte des avertissements de Thuna. Mais dès qu’elle s’éloigna des arbres, elle fut bientôt rattrapée par les rayons du soleil qui meurtrissait sa chair… que lui arrivait-il? La luminosité trop vive blessait ses yeux fragiles, prouvant qu’elle était désormais vouée au monde des ténèbres… Seule Thuna pouvait l’aider et malgré son apparence effrayante, la jeune fille retourna vers elle, s’armant de courage pour maîtriser sa peur. Elle n’avait plus le choix, elle était prisonnière de la forêt…

    Le choc de sa naissance au monde de la nuit avait privé Thunaïa de parole, aussi, sa créatrice lui offrit son nouveau prénom pour sa nouvelle existence : désormais elle ne serait plus que « Silence » . Ainsi, elle resta plusieurs années aux cotés de l’ogresse démente, apprenant les secrets cachés de la nature et s’entraînant durement au combat sans plus jamais prononcer un son. Thuna avait beau être sauvage et folle, elle lui enseigna à s’endurcir et elle lui apprit à utiliser ses nouvelles capacités physiques pour faire d’elle une arme redoutable. Elles se nourrissaient des voyageurs qui traversaient la forêt et des offrandes que les humains leur amenaient en sacrifice et le temps passa…

    Pourtant, une nuit, l’ogresse confia à Silence que d’autres dieux s’approchaient de leur territoire et qu’il leur faudrait les combattre. Ses propos étaient décousus et incohérents, comment ces dieux avaient-ils pu survivre en dehors de la forêt enchantée? Et d’où venaient-ils exactement? Mais l’anxiété de Thuna la rendait encore plus hermétique et Silence ne pu recevoir d’autres explications. L’impatience qu’elle éprouva alors n’était bien sûr pas celle de se débarrasser de ses rivaux inconnus. Elle ne désirait qu’une chose : les connaître et en savoir plus sur le monde extérieur. Aussi, elle échappa à la vigilance de sa maîtresse et se faufila à travers bois en quête de ces chasseurs nocturnes. Etaient-ils réellement des dieux eux aussi? Elle inspecta les bois et finit par découvrir leur piste olfactive… une odeur différente de celle des humains… Emerveillée, elle s’approcha de plus en plus, sa curiosité lui faisant négliger toute prudence…


    Les jumeaux.

    Hunéric et Arsinoé se ressemblaient comme deux gouttes d’eaux. Revêtus de toges immaculées, leurs boucles noires encadraient un visage hâlé et juvénile. Devant eux, ligotée dans un filet d’or, la jeune déesse souffrait atrocement. Elle hurlait comme une démone et avec sa chevelure emmêlée et la crasse qui la recouvrait, elle ressemblait à un animal sauvage. Les jumeaux, contrairement à elle, semblait sortir des thermes tant ils respiraient la fraicheur et la beauté. Hunéric, le plus souriant, posa un genou à terre et s’adressa à elle posément.


    «Pauvre créature, il est bien malheureux d’infanter un être si jeune… Où est le vampire qui t’a créé? Nous devons le punir pour avoir enfreint les règles de la création. Nous te libèrerons si tu nous révèle sa cachette, n‘aie crainte.»


    Silence cessa enfin de gesticuler, ébahie par ce qu’elle entendait. Vampire? Qu’était-ce donc? Elle leva son regard vers Hunéric, des larmes sanglantes coulant de ses yeux… Saisi de pitié, celui-ci ôta le filet, malgré les exclamations outrées de son frère Arsinoé. Silence ne fit pas un geste et resta à sa place, dévisageant ce garçon si étrange, c’était la première fois qu’elle ne parvenait pas à lire les pensées d’un homme… Et celui-là lui semblait bien plus beau que tous ceux qu’elle avait vu jusque là…


    « Etes vous des dieux? » prononça-t-elle d’une voix sourde, ses premiers mots depuis des décennies…

    Le garçon se mit à rire doucement et posa sa main sur l’épaule de Silence, sa peau était chaude et agréable et par son contact, elle ressentit une étrange sensation de paix et de sérénité. Ses larmes cessèrent de couler alors qu’elle osait enfin parler. Elle révéla aux jumeaux la cachette de Thuna sans en concevoir de remord, il semblait qu’ Hunéric détenait un étrange pouvoir de suggestion mentale… Et lorsqu’ils reçurent les informations qu’ils désiraient, les jumeaux hochèrent la tête avec satisfaction. Arsinoé partit en vitesse vers la grotte de Thuna tandis que Hunéric restait seul avec Silence. Celle-ci ne ressentait aucune inquiétude pour l’ogresse, elle aurait pu être tuée que cela n’avait aucune importance, Silence ne voyait plus que les yeux du jeune éphèbe… Il lui parla d’une voix douce avant de la guider en douceur hors du couvert des arbres.

    « Tu peux sortir de la forêt sans problème dès la nuit tombée. Je ne suis pas un dieu, pas plus que toi ou ta créatrice. Vous êtes des vampires et vous vous nourrissez du sang de vos proies... Pauvre damnée, tu es si jeune… Ne bois que pour te nourrir, sans tuer les humains et nous te laisserons tranquille. Use de ton pouvoir d’hypnose pour ne pas que l’on se souvienne de toi, nul ne doit connaître ton existence, c‘est important… Tu es libre, mais fais attention, car les vampires aussi jeunes que toi sont des proies pour les autres…Va! »


    Mais Silence ne s’était jamais retrouvée seule et elle garda sa main dans celle d’Hunéric, ne voulant quitter sa présence si réconfortante… Le jeune homme secoua la tête d’un air désolé, il hésita un bref moment avant de pousser un soupir et d’emmener la jeune fille vers son cheval. Il l’aida à monter sur son dos et lui donna une bourse emplie de pièces de bronze.


    « Mon frère sera furieux… File tout droit sur le chemin vers l’est. Quand tu seras arrivée à la côte, prend une place sur un bateau et rend toi à Athènes. Demande à voir Erato, elle est célèbre là bas, elle t’aidera. Nous garderons un œil sur toi… Bonne chance! »


    Ainsi, Silence lança un dernier regard à Hunéric avant de laisser le cheval galoper, il connaissait par cœur le chemin qui menait au port. La jeune fille ferma les yeux, bientôt, elle verrait la mer pour la première fois…
Revenir en haut
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 15:19    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

    Erato.

    Revêtue à la mode d’Athènes d’une longue toge blanche, Silence parcourait les rues de sa démarche gracieuse. La lune éclairait ses pas et avec ses longs cheveux qui flottaient au vent, elle avait tout d’un spectre, même la peine qui brillait dans son regard… Elle avait obéit aux recommandations d’Hunéric, se maîtrisant pour boire ce dont elle avait besoin durant son voyage, sans prendre la vie de ses victimes. Elle parvenait mieux à se brider en vieillissant, toutefois, l’hypnose lui était encore difficile… Sans argent, elle devait pourtant y réussir si elle voulait vivre seule car il lui était impossible de dormir dans la rue. Et elle ne désirait plus retourner à l’état sauvage… Elle songeait souvent à Hunéric et Arsinoé, ces garçons si étranges… et souvent, elle croyait apercevoir les yeux rieurs d’Hunéric avant de constater qu’elle avait rêvé…

    Elle pénétra dans une auberge, au hasard et aussitôt, tous les regards se braquèrent sur elle. Ce n’était certes pas un lieu pour une fillette! De nouveau, ses mots se bloquaient dans sa gorge, l’angoisse la privant de parole. Deux hommes s’approchèrent d’elle, le regard noir, prêts à la mettre dehors, la galanterie à l’égard des femmes n’étant pas le propre des athéniens…


    *Erato… Erato…*
    Pensait-elle de toutes ses forces, paralysée par la peur…

    C’est alors qu’une voix résonna dans son esprit. Douce et maternelle, plus délicate qu’un chant d’oiseau. Et cette voix lui ordonna de faire demi-tour et de s’excuser, ce qu’elle fit d‘un signe de tête. Silence sortit et se laissa alors guider par la voix qui la mena au travers des rues d’Athènes jusqu’à une riche maison. La porte était ouverte et elle y pénétra, se retrouvant dans une cour intérieure, agrémentée de fontaines et de plantes odorantes. Là, se trouvait une femme de haute taille, à la chevelure ornée d’un chignon torsadé. Sur ses bras blancs, de nombreux bracelets d’argent ouvragés signifiait son appartenance à la haute classe et elle accueillit Silence de cette même voix sucrée et douce comme le miel.


    « Petite fille, tu es ici chez toi. Je suis Erato et j’aide les femmes à acquérir de la culture. Reste avec moi et je t’apprendrai tout ce que je sais. »

    Erato mettait son immortalité au service de la connaissance et dans cette ville où les femmes étaient privées d’instruction, elle enseignait la nuit. Silence y séjourna de nombreuses années et son esprit s’ouvrit aux savoirs de son temps. Ainsi, elle améliora également ses pouvoirs vampiriques… A l’inverse de Thuna, Erato ne désirait pas la mort des humains, toutefois, Silence savait qu’il arrivait qu’elle en tue, lorsque certaines de ses protégées se plaignaient de mari trop violents… Et malheureusement, elle se faisait des ennemis. Le temps passa, Alexandre le Grand était mort, l’empire romain avait pris le contrôle de la Grèce et malgré les émeutes et les guerres, le pouvoir était à Rome.



    Le tabou.

    Les romains à cette époque, avaient laissé l’administration locale aux grecs, sans essayer d’abolir les habitudes politiques locales. Ainsi l’agora d’Athènes continuait à être le centre de la vie politique et civique. Il devenait connu qu’Erato instruisait les femmes mais aussi qu’elle développait ses ambitions politiques… les enjeux étaient importants car les femmes plus instruites et cultivées avaient plus d’influence sur leur mari et pouvaient modifier le cours des choses… son but étant de promouvoir un humain particulièrement malléable qui puisse lui servir de pion pour ses ambitions personnelles. Elle envoyait des espions dans les camps adverses et bientôt, il apparu qu’un autre vampire agissait de même dans l’ombre… Erato comprit alors qu’elle abritait des traitres sous son toit et ceux-ci furent éliminés sans pitié.

    Son pire ennemi se nommait Cyprien et il était décidé à faire tomber Erato de son piédestal à tout prix, sa puissance à Athènes était vue d’un très mauvais œil et lui-même ne désirait pas qu‘une femme soit au pouvoir, fusse-t-elle immortelle… De plus, il avait été l’amant d’Erato dans le passé et il n’avait jamais admis leur rupture. Lorsqu’il apprit qu’elle hébergeait une vampire-enfant, comble du tabou chez les vampires, il trouva là le moyen de la faire chuter et de la discréditer auprès de leurs congénères. Ainsi les deux immortels jouaient une partie d’échecs, usant de stratégie et n’hésitant pas à sacrifier les humains s’il le fallait… les pauvres mortels naïfs, qu‘ils soient haut placés ou non, ne se rendaient pas compte qu‘ils n‘étaient que de simple pantins… Mais lorsque Silence comprit qu’elle était le pire point faible d’Erato, elle prit peur… Elle osa un jour s’adresser à l’immortelle et lui confier ses craintes.


    « Que me veulent-ils? Pourquoi suis-je un si grand mal? »


    Erato regarda Silence un moment, caressa ses cheveux et lui répondit de sa voix douce.


    « Ce n’est pas contre toi, ma fille… ils ne cherchent qu’un motif pour m’en vouloir. La création de vampires enfants est un tabou, d’abord pour eux même, car être bloquée à un âge immature pour l’éternité peut être vécu comme une souffrance… D’autre part, ils sont trop faibles, beaucoup d’entre eux périssent et ils sont incapables d‘infanter. Notre race serait vouée à sa perte si l’on tolérait de telles pratiques, aussi chercheraient-ils à faire un exemple en te faisant disparaitre… Je suis désolée de te le dire si crument mais ne t’en fais pas, je te protègerai! »


    Silence savait qu’Erato ne l’abandonnerait pas mais en même temps, elle sentait un malaise chez celle-ci… Elle ne lui disait pas tout… Silence fit alors son enquête de son coté, se rendant incognito chez leur ennemi, au risque de se faire prendre et apprit que le grand conseil des vampires allait se déplacer pour rencontrer Erato et se rendre compte de la véracité des dires de Cyprien. Pour Silence, il paru très vite évident qu’il ne lui restait plus qu’une seule solution : partir. Elle ne voulait pas que cette noble dame périsse en la protégeant et sa présence n’était qu’un danger pour celle qui avait tant fait pour elle... Une nuit, alors que de nombreux morts étaient encore à déplorer, elle emballa quelques maigres affaires et disparu, suivies de ses esclaves personnelles et prit le premier navire qui quittait Athènes. Pourquoi offrir à Cyprien un moyen de se venger d’Erato… Ce bateau marchand voguait en direction de l’Est et Silence songea qu’il lui faudrait se trouver un nouveau nom.


    Laodicé.

    Malheureusement, au bout de plusieurs mois de voyage, une tempête se déchaina une nuit, et le bateau fut le jouet des flots. Le grand mat fut brisé par une vague gigantesque qui se fracassa sur le pont, brisant le navire en deux. L’équipage fut emporté par les courants marins, Silence n’avait nul besoin de respirer même si elle ne savait pas nager et s’efforça de porter secours aux humains. S’il était trop tard pour ses servantes, elle pu cependant sauver un homme en l’aidant à remonter à la surface. Elle ignorait qu’il s’agissait du prince Erichton de Pontos, héritier du trône… Ainsi, elle eut la force de le transporter jusqu’à une île où enfin, elle pu se reposer… Manquant de sang, fatiguée par son effort, Silence sentait la torpeur l’envahir, si bien qu’elle ne pouvait plus bouger… L’aube colorait le ciel de rose et lorsque le soleil se leva, la plage n’offrait aucune zone d’ombre où elle pouvait se cacher… C’est alors qu’Erichton, le géant, s’éveilla.

    C’était un homme âgé d’une trentaine d’année, au teint mat, ses cheveux noirs et sa barbe courte se parsemaient déjà de fils argentés. Il possédait une musculature impressionnante et lorsqu’il se redressa, l’ombre de son corps se porta sur la fillette. Il l’observa avec stupeur, comprenant que c’était elle qui l’avait sauvé... Il effleura son visage, ne comprenant pas d’où lui venait ces traces de brulures… La sentant glacée, sans battement de cœur ni respiration, il la cru morte et décida de lui offrir une sépulture décente. Ainsi, il l’emporta avec lui jusqu’à la ville et ordonna que la chose soit faite. Silence fut donc enveloppée dans un linceul et enterrée, retrouvant la protection de la terre où elle y puisa de nouvelles forces.
    A la nuit tombée, elle sortit de sa tombe et se repu d’un pauvre ère qui passait par là. Sa soif était si intense qu’elle ne pu s’empêcher de le tuer. Encore une fois livrée à elle-même, Silence n’osait sortir du cimetière, craignant autant les hommes que les vampires. Aussi elle restait abritée dans sa tombe la journée et n’en sortait qu’à la nuit tombée, s’abreuvant des promeneurs nocturnes. Entre temps, le prince Erichton était devenu roi de Pontos et on lui relata les faits horribles qui se déroulait dans la ville. Les citoyens parlaient des lamies, ces filles d’Hadès au corps de dragon qui dévoraient les hommes, des succubes au pieds crochus qui vivaient dans les cimetières…

    Erichton était avant tout un homme d’action, un Roi guerrier qui se trouvait plus à l’aise l’épée à la main qu’avec tout autre chose. Il décida donc d’aller se rendre compte de lui-même de ce qui se tramait et, un soir, il se cacha dans le cimetière et attendit. Lorsque les ténèbres envahirent les lieux, il vit avec horreur, la petite fille qui l’avait sauvé sortir de sa tombe, ses longs cheveux tombant sur ses fines épaules. Son visage n’avait rien d’un démon, on eut plutôt dit une nymphe… Il sortit vivement de sa cachette et se dressa devant elle, l’arme levée.


    « Quel triste destin que de devoir tuer celle qui m’a sauvé la vie… Dis moi ton nom, démon, et ensuite, je mettrai fin à ta damnation sans te faire souffrir. »


    Silence ne bougea pas, elle leva ses grand yeux tristes vers le géant et elle lui sourit. Peut être avait-il raison, à quoi bon poursuivre une telle existence… Elle lui répondit d’une voix douce.


    « Je ne suis qu’une vampire sans nom. Ne sois pas troublé, je t’ai sauvé mais tu m’a rendu la pareille en me cachant des rayons du soleil, nous sommes quittes. Certes, j’ai tué des hommes, sans doute suis-je un démon. Et toi, combien de vies sont-elles passées sur ta lame? En quoi es-tu meilleur que moi?»


    Le roi haussa un sourcil, surpris par les arguments et le calme de la jeune fille. Au lieu de la tuer, il se mit à lui parler, elle lui narra sa longue existence et ses tentatives infructueuses de se créer un infant, tous mourraient… De son coté, Erichton lui raconta comment sa femme et ses enfants étaient morts, tués par son propre frère. Il lui avait donc rendu la pareille en massacrant à son tour sa propre famille mais à présent le sang des innocents souillaient ses mains… Il proposa alors à Silence de rester à ses cotés, il lui offrirait protection et en échange, elle lui enseignerait ses connaissances. Au dessus d’eux, les étoiles étaient lumineuses et Erichton désigna la constellation du cocher.


    - « L’étoile la plus brillante est Capella, elle représente l’agneau qu’Erichton porte sur son dos. Je te porterai comme tu m’as porté dans la mer. Aussi je te nomme comme ma pauvre princesse morte, Laodicé…. Tu es ma fille.»

    - « Je suis ta sœur.»
    - « Peut-être un jour seras-tu ma mère, je ne mourrai pas comme les autres. »


    Car Erichton voulait devenir son infant.




    Les guerres.

    Ainsi, Laodicé suivait Erachton dans ses campagnes guerrières, elle s’abreuvait du sang de leurs ennemis et enseignait à son roi. L’armée entière assurait sa protection contre les éventuels vampires qui auraient voulu l’attaquer et elle en était reconnaissante envers l’humain. Elle s’attachait rarement à ces êtres éphémères mais Erachton était un très grand roi et sa noblesse en faisait un être admirable et digne de respect. Sa force et sa résistance étaient impressionnantes, toutefois Laodicé ne pouvait se résoudre à tenter d’en faire un vampire, de peur de le tuer.

    Lors des combats, Laodicé reconnu plusieurs fois les visages des jumeaux Hunéric et Arsinoé, toujours d’apparence aussi jeunes que plusieurs siècles auparavant… Mais ils étaient dans le camp de leurs ennemis, empêchant la vampire de tuer et protégeant ces humains stupides… Ce n’étaient que des barbares, incapables de parler la langue grecque, totalement incultes et aux mœurs bestiales… Pourquoi Hunéric était-il contre elle? En même temps, il lui semblait qu’il la protégeait elle aussi… A moins que ce n’était que ce qu’elle voulait croire… Laodicé en développa de la colère et elle chercha à le rencontrer. Se faufilant une nuit dans le camp adverse, elle trouva sa tente grâce à son odorat et tenta de le surprendre. Toutefois, il fut plus prompt. Caché derrière une étoffe alors qu’elle s’approchait de sa couche, il la prit par surprise, la menaçant d’une dague d’or.


    -«Croyais-tu qu’il serait si facile de venir me tuer? »
    Chuchota-t-il.

    -« Je ne suis pas là pour prendre ta vie mais pour comprendre… pourquoi me suivez-vous, toi et ton frère, qui êtes vous exactement, des immortels, comme moi? »

    -« Non… Je ne peux pas te dire ce que nous sommes. Mais sache une chose, nous t’empêcherons de prendre la vie d’Erachton, nous connaissons tes projets! Je ferai mieux de suivre l’avis de mon frère et de t’enfermer, tu es trop jeune, tu ne devrais pas exister… »


    -« Mais j’existe. Dis moi, Hunéric, si ce sont les humains que tu protège, pourquoi es-tu toujours là lorsque j’ai des problèmes? Fais attention, c’est surement un crime que d’aider une vampire! » dit-elle avec défi en se tournant vers lui.

    Hunéric baissa son arme l’espace d’une seconde, ils se regardèrent longuement en silence. Quel était donc ce lien qui les unissaient? Ils ne pouvaient se l’expliquer et encore moins pourquoi leurs lèvres s’étaient rejointes… Pourtant un bruit les fit sursauter et Laodicé se sauva, plus rapide que le vent, sans qu’Hunéric ne fasse un geste pour la retenir…

    Laodicé ne pouvait supporter qu’on lui donne des ordres. Sans doute est-ce cela qui acheva de la convaincre. Le lendemain soir, elle demanda à Erichton s’il était prêt et il accepta. L’homme était robuste. Il souffrit énormément, ainsi que Laodicé elle-même, lorsqu’ils échangèrent leur sang et tout deux crurent qu’ils n’y survivraient pas. Toutefois, ils étaient prêts à périr ensemble et ils endurèrent leur douleur pendant des nuits. Enfin, ils s’apaisèrent. Tout deux immortels, la terre leur appartenait.
Revenir en haut
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 15:22    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant


    Le conseil des vampires


    Débutèrent alors des siècles de voyages à travers le monde. Laodicé et Erichton possédaient une grande fortune amassée lors des guerres et vivaient confortablement. Les temps changeaient, le monde tel qu’ils l’avaient connu était différent. Ils virent passer le temps des croisades et du brassage culturel qui en découla, Erichton n’était plus un roi mais Laodicé le considérait toujours comme tel et se plaisait à le nommer de la sorte. Et pour Erichton, elle serait éternellement sa princesse… Ils voyagèrent ainsi dans toute l’Europe, se mêlant aux autres vampires et vivant à leurs cotés pour quelques temps. Ainsi, ils entendirent parler d’Erato qui s’était installée dans un château nordique, en compagnie d’un groupe d’immortels, amateurs de sciences. Ils décidèrent donc de s’y rendre et furent accueillis avec émotion et chaleur.

    L’existence au château était agréable, de nombreuses fêtes y étaient organisées, Erato connaissant énormément de monde. C’était aussi un lieu où les vampires échangeaient leurs connaissances sur le monde de la nuit et Laodicé apprit l’existence de bien des créatures étranges. Dans les steppes glacées, les loups-garous étaient nombreux et les vampires peinaient à les combattre. Toujours avide de nouvelles guerres, Erichton décida de se joindre à eux et participa activement aux affrontements et à l’élaboration des stratégies. Il devint progressivement célèbre dans le monde vampirique comme un général courageux et avisé.

    D’autre part, ils entendaient également parler des djinns, ces êtres venus d’une autre dimensions pour contrôler les vampires. De nombreuses coalitions d’immortels voyaient le jour pour lutter contre leurs oppressions. En effet, beaucoup d’anciens vampires avaient disparus au court des guerres et Erato était l’une des plus anciennes survivantes avec Cyprien… toutefois celui-ci était un ennemi de son royaume et s’était établi dans la lointaine Afrique… on disait qu’il connaissait la magie et qu’il développait des connaissances fort mystérieuses…

    Une nuit, les membres du Conseil des Vampires se rendirent dans le domaine d’Erato afin de tenir une réunion au sujet des Djinns. Laodicé en profita pour se présenter à eux, ne voulant plus continuer à se cacher. A leur grande stupéfaction, elle leur apprit qu’elle avait eu un infant et lorsqu’il apprirent que ce n’était autre que le Héro Erichton, ils en furent impressionnés. Aussi, ils en conçurent un respect pour Laodicé et s’intéressèrent à elle de plus près. Lorsqu’ils se rendirent compte de sa sagesse et de son érudition, ils lui proposèrent une place parmi eux ce qui était un honneur et un privilège pour les vampires. Et Laodicé accepta.



    Le grand mage.


    Le temps passa, Erichton et Erato s’étaient rapprochés et entretenaient une liaison tumultueuse, dues à leurs forts caractères. Ne pouvant supporter leurs disputes incessantes, Laodicé décida de voyager seule un moment. Elle se rendit en Asie où elle vécu un moment en compagnie de Chimaï, une des membres du Conseil. Celle-ci fréquentait assidument un humain, considéré comme un grand mage et qui connaissait beaucoup de chose sur la magie chinoise. Chimaï rêvait de faire de ce vieil homme un vampire mais il refusait obstinément. Aussi, elle encouragea Laodicé à bénéficier de ses enseignements avant que la mort ne l’emporte. Lorsque son âge le porta à sa tombe, les deux immortelles étaient les seules détentrices de tout son savoir et cela attira l’attention d’un autre adepte de la magie… Cyprien.

    Il invita Laodicé et Chimaï chez lui afin qu’elles partagent leurs connaissances avec lui mais elles refusèrent. Elles savaient en effet que Cyprien ne recherchait que le coté sombre… Alors il en développa une profonde colère et fit enlever et torturer Chimaï, la plongeant dans un bain d’or fondu. Elle finit par succomber à ses blessures sans jamais révéler ses secrets. Laodicé ne savait rien de la mort de son amie et lorsque Cyprien utilisa l’affection qu’elle ressentait envers elle pour lui faire du chantage, elle ne sut comment réagir. Elle décida d’avertir Erato et Erichton mais ces derniers étaient introuvables, l’une de leurs éternelles disputes les ayant poussés à s’éloigner l’un de l’autre.

    Alors débuta une période discrète de combat magique entre Laodicé et Cyprien, cette guerre se prolongeant sur plusieurs années… Lorsque Erichton fut averti de ce qu’il se passait, de fausses rumeurs furent rependues et il cru que c’était Laodicé qui avait péri au lieu de Chimaï. Fou de douleur, il parti en guerre dans les terres d’Afrique, semant mort et désolation sur son passage. Si sa princesse n’était plus, plus rien n’avait d’importance… Aussi, à cause de sa dangerosité, les djinns s’attaquèrent à lui plus férocement et il finit par être fait prisonnier et emmené dans un endroit bien mystérieux…

    C’est à ce moment qu’encore une fois, Hunéric apparu à Laodicé, la sauvant d‘une nouvelle offensive de Cyprien… Il ne pu rester bien longtemps à ses cotés mais comme toujours sa présence réchauffait le cœur mort de la jeune fille… Voyant que leur affrontement risquait d’attirer les autres djinns contre eux et que de toutes façons, ils étaient de force égale, Laodicé proposa à Cyprien de faire une trêve. Leur guerre avait déjà semé trop de dégâts dans les deux camps… Sur les conseils de Hunéric, elle se rendit dans le nouveau monde où les djinns la laisseraient en paix et traversa l’océan. Le conseil décida de la nommer surveillante de ces terres car elle y serait la vampire la plus ancienne…


    L’Amérique.


    Ainsi Laodicé vit à présent à Seattle. Cela fait des années qu’elle recherche Erichton et qu’elle tente de convaincre les djinns de le relâcher. Elle n’a plus jamais revu Hunéric et les autres djinns se montrent intraitables. Du reste, ils ont bien d’autres problèmes à résoudre… une nouvelle est en train d’ébranler le monde : un vampire du nom de Théobald de Navarre a décidé de rompre avec l’accord qui lie tous les immortels, celui du Grand Secret… Laodicé ne s’intéresse pourtant pas à cela et se rend à peine compte des immenses bouleversement qui secouent le monde… Car sa seule préoccupation est de retrouver son Roi…
Revenir en haut
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 15:24    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Chronologie des évènements :

    - Vers 300 avant JC :
    Dans la cité de Sytia, Laodicé est une prêtresse de la déesse Thuna.

    - Vers 285 avant JC :
    Thuna est en réalité une vampire et en fait son infante, elle lui apprend les arts du combats mais la garde prisonnière

    - Vers 200 avant JC :
    Les djinns tuent sa sire et Hunéric l'aide à sortir de la forêt
    Laodicé prend un bateau et se rend à Athènes à la recherche d'Erato sur les conseils d'Hunéric

    - De 200 avant JC à 50 après JC :
    Laodicé reste à Athènes avec Erato et étudie les sciences, la littérature etc
    Erato mène une carrière politique, ce qui déplait à un autre vampire nommé Cyprien
    Cyprien veut s'arranger pour que le Conseil des vampires s'oppose à Erato et prouver qu'elle transgresse un tabou en abritant Laodicé
    Laodicé se sauve et embarque sur un navire marchand

    - Vers l'an 50 :
    Laodicé sauve la vie du prince Erichton de Pontos au cours d'un naufrage.

    - De 50 à 60 :

    Elle reste sous la protection d'Erichton, devenu Roi, et le suit dans ses batailles.
    Elle revoit le djinn Hunéric de qui elle est secrètement amoureuse, il la sauve en cachette de son frère jumeau.
    Laodicé fait d'Erichton son infant malgré sa peur de le tuer, elle y réussit.

    - Durant des siècles
    Laodicé et Erichton participent aux guerres des croisades, s'enrichissent de connaissances et voyagent à travers l'Europe

    - Vers 1200 :
    Laodicé et Erichton s'installent au chateau d'Erato, dans le nord de l'Europe.
    Erichton devient général chez les vampires et connu pour sa bravoure
    Le conseil des immortels apprend que Laodicé est la sire du noble Erichton et révise son jugement envers elle, ils la nomment membre de leur ordre.

    - Vers 1500 :
    Erichton et Erato vivent une romance chaotique, Laodicé s'en va seule en Asie où elle apprend la magie en compagnie de Chimaï, membre du conseil des immortels.

    - Vers 1550 :
    Chimaï est enlevée par Cyprien qui s'en sert comme moyen de pression vis à vis de Laodicé pour qu'elle lui révèle ses secrets magiques
    Chimaï est finalement tuée mais Laodicé l'ignore.

    -De 1600 à 1800
    Laodicé mène une guerre contre Cyprien pour qu'il libère Chimaï.
    Erichton croit que Laodicé est morte en la prenant pour Chimaï et en devient fou.
    Les djinns s'en mêlent et l'emprisonnent.

    - De 1800 à 2000
    Laodicé est sauvée par Hunéric contre Cyprien
    Elle cherche Erichton dans toute l'Europe
    Sur les conseils des djinns elle se rend en Amérique pour s'éloigner de Cyprien

    - 2020
    Elle est à Seattle...



Information importante : C’est la plus ancienne vampire du nouveau monde.

Lien éventuel avec un autre personnage déjà présent :
non

Désirez-vous un binôme ?
Pourquoi pas! Envoyez moi un mp si vous êtes interessés Wink

Nom de votre avatar :
Bruna Velho

Avez-vous envoyé les mots de passe à Mnesis ?
oui

Comment avez-vous connu le forum ?
Par un top site


Dernière édition par Laodicé Capella le Jeu 30 Juil 2009 - 15:55; édité 4 fois
Revenir en haut
Mnesis
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Jan 2009
Messages: 762
Localisation: Dans les limbes

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 17:15    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Bonjour Laodicé,

Votre personnage est vraiment très âgé mais votre fiche nous parait assez détaillée pour l'accepter.
Je vous souhaite la bienvenue et un très bon jeu!
_________________
[Postes vacants] - [Listes] - [Groupes]
Revenir en haut
Jibril de Nepheim
Djinn

Hors ligne

Inscrit le: 24 Jan 2009
Messages: 2 128
Localisation: Hôpital Grace CHU

MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 18:14    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Superbe fiche pour un perso très interessant!
(mais si nous retenons ton infant captif, c'est que nous avons de bonnes raisons pour cela! Twisted Evil )

Bienvenue, Laodicé! Smile
_________________
~Gardien des Portes~


~Nemaïdès de Nepheim~
Revenir en haut
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 18:30    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Merci Mnesis ^-^

Merci Jibril Smile
(mais je ferai tout pour vous faire changer d'avis et libérer mon roi!)
Revenir en haut
Sanjivani Mohana
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 18:43    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

et une sangsue de plus une !!
bienvenue par ici très chère
Revenir en haut
Laodicé Capella
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mer 29 Juil 2009 - 18:55    Sujet du message: Laodicé Capella Répondre en citant

Merci Sanjivani, au plaisir de te rencontrer ^-^
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:14    Sujet du message: Laodicé Capella

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Blackout Index du Forum -> PRESENTATIONS -> Présentations -> Fiches validées -> Vampires Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com