Blackout Index du Forum
 
 
 
Blackout Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chiara Costagliola
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 23 Avr 2009 - 00:25    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant

    Un bruit sec, un claquement résonna dans la bibliothèque. Un bruit de livre que l’on referme un peu trop fort, le plus souvent sans le vouloir, mais pas cette fois. Non ce claquement était bel et bien voulu, dénotant un agacement plus que certain de la part de la lectrice. Le claquement, suivit d’un bruit sourd du livre que l’on repose sur une pile déjà haute d’autres ouvrages, fut également accompagné d’un soupire. Non pas l’un de ses petit soupire de fatigue, de découragement ou encore d’abandon. Un soupir appuyé, exaspéré dans lequel la colère était mêlé à l’incompréhension. N’y avait il dans l’histoire du monde aucun auteur avec un brin de bon sens qui aurait pu comprendre ou faire comprendre au monde que les créatures qu’elle chérissait tant n’était pas uniquement mauvaises ? Apparemment non. Se levant, la pile de livres dans les bras, elle le remit soigneusement à leur place, vérifiant que la côte indicative était la bonne, placé à la bonne place, entre les bons ouvrages, remettant au passage à leur juste place les ouvrages déplacés par les lecteurs trop pressés pour les ranger ; son métier de libraire y était certainement pour beaucoup. Elle n’était pas maniaque mais le rangement et le classement des livres devait être l’une des seules choses sur laquelle elle demeurait totalement intransigeante.

    Retournant vers le fauteuil sur lequel elle était assise tout à l’heure elle s’y laissa tomber, laissant son dos s’appuyer contre le dos du fauteuil, et comme une petite fille capricieuse qui n’as pas eu son dessert ou son jouet préféré, elle croisa les bras sur sa poitrine, la moue boudeuse. Comme si cela pouvait changer ce qui était tranquillement écrit et dormait entre les pages des manuscrits anciens de la bibliothèque. Elle était contrariée, cela ne faisait pas l’ombre d’un doute. Mais sa contrariété était double. Bien entendu il y avait le fait de ne trouver que fadaises sur ce qu’étaient les vampires dans tous les livres, mais il y avait également un fait qui depuis son arrivé la contrariait au plus haut point. Cela faisait déjà quelques semaines qu’elle était arrivée à Seattle et pourtant…rien ! Pas de vampires, pas d’ombres qui la suivent à la tombée de la nuit, pas de personnage étrange, pas d’homme ou de femme au teint blafard à qui elle aurait pu adresser la parole. Rien. Les gens devaient la prendre pour une folle lorsqu’elle dévisageait chaque personne à la carnation plus pâle que les autres, au teint maladif, elle inspectait chaque sourire dans l’espoir de découvrir quelques canines saillantes.

    Doucement, alors que ses yeux fixait le rayon de livres lui faisant face, sa vision se troubla, après dix ans, elle savait toujours reconnaitre au premier millième de secondes les crises avec lesquelles elle était condamnée à vivre pour le reste de sa vie. Mais toutes n’étaient pas désagréables, installée dans ce fauteuil elle ferma tranquillement ses yeux et se laissa aller, de toute manière, lutté était totalement impensable et inutile. Après tout…faire une petite sieste dans une bibliothèque, elle ne serait pas la première.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 23 Avr 2009 - 00:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chezim Gidrem
Djinn

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2009
Messages: 1 734
Localisation: Capitol Hill
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Avr 2009 - 00:25    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant

- Dratché !!

Je l’ai perdue. Cette vampire que je flique depuis plus d’une semaine, que je guette, que je surveille jours et nuit, cette saleté de vampire vient de me semer. J’enrage de m’être faite avoir ainsi, de ne pas avoir vu le vent tourner. M’a-t-elle repéré ? Je n’en ai aucune idée, pensant qu’il n’en était rien mais de la voir invisible à présent me fait affreusement douter.

La nuit dernière, j’avais retrouvé sa trace et avais utilisé mon pouvoir, jouant avec les ombres pour la surveiller de prêt, jouant avec elle sans qu’elle puisse s’en rendre compte, me trouvant si près d’elle que j’en avais jubilé de la voir si naïve, ignorant tout de moi qui suivais ses moindres faits et gestes. J’étais sure à présent de la coincer avant la fin de la journée, de l’attirer dans un endroit isolé pour la tuer de mes mains et la faire disparaitre de cette terre.

Elle m’avait entrainée dans la foule des bars nocturnes, m’obligeant à n’utiliser que mon pouvoir, et j’avais appréhendé le retour à la normale qui m’aveuglerait un certain temps, j’en avais conscience, mais je pensais toutefois avoir le temps de ne pas la perdre durant cette « absence ».

Seulement, je l’avais perdue. Au retour de ma vue, elle n’était plus là et j’enrageais qu’il en fut ainsi. Durant toute la fin de cette nuit, je l’avais cherchée, encore et encore. Il m’était inconcevable qu’elle m’échappe une nouvelle fois, je ne pouvais le tolérer. Au l’aube, j’avais failli renoncer, mais sa silhouette m’était apparue comme une nouvelle chance que j’avais saisis aussitôt, la course reprenant alors de plus belle.

Cette fois ci, plus question d’utiliser mon pouvoir, le jour étant levé, je devais agir à découvert et me montrais plus discrète, la suivant pourtant sans relâche. Elle m’entraina dans le quartier universitaire, avant de finir dans celui des affaires, sillonnant entre les buildings. Je me demandais où elle allait encore m’amener. Je commencer à penser qu’elle m’avait repérée. Je dus ralentir ma course car la foule que nous avions connue un peu plus tôt dans les quartiers commerciaux s’était transformée en une poignée de passants et je devais avant tout me montrer discrète, m’arrêtant devant un hall d’immeuble pour m’y réfugier quand elle se tourna pour traverser la rue au feu rouge.

Je lui emboitais le pas quand elle tourna au coin de la rue, me précipitant d’un pas rapide mais lorsque j’arrivais au tournant, elle avait de nouveau disparu. M’arrêtant net, je ne savais plus où aller. Ce n’était pas possible, elle ne pouvait s’être volatilisée !! Cette vampire était aussi insaisissable qu’un Desdal !! J’étais donc là, face aux immeubles à la chercher du regard, à comprendre où elle avait bien pu se cacher.

* Mais où est-elle ? Où est-elle !! *

Je suis de nouveau face à cette énigme et pourtant je sens qu’elle n’est pas très loin. Mon regard suit chaque immeuble, y cherchant un indice quelconque avant qu’il ne se pose sur la grande bâtisse au loin, cette longue et vieille bâtisse que l’on reconnaitrait entre tous : la bibliothèque !!

J’y fonce sans attendre, traversant la rue à pas de gazelle, flirtant avec les voitures sans jamais m’y frotter pour arriver enfin devant cette lourde porte de chêne où un petit écriteau indique les horaires d’ouverture. Sans attendre je pousse le battant, me glissant à l’intérieur où la luminosité a perdu en intensité. Ici tout n’est que silence et retenue, mutisme et respect.

Je passe l’accueil sans m’y arrêter et la femme qui s’y trouve, une vieille fille au chignon grisonnant et lunettes demi-lune, ne m’accorde pas le moindre intérêt, ne relevant surement le nez de son registre que lorsqu’une âme perdue vient lui demander un renseignement. Je file, suivant les étagèrent qui sentent le bois et le renfermé, visionnant chaque visage sans m’y attarder, juste le temps de m’assurer qu’il ne s’agit pas d’elle.

Et puis je la trouve enfin, là, à quelques pas de moi, me tournant le dos. Elle cherche dans une rangée de livres, son index suivant les titres calligraphiés sur les champs des ouvrages. Je m’avance sans faire de bruit, mais le plancher craque sous mes pas, la faisant se retourner. Son regard me glace mais cela ne suffit pas à me démonter loin de là. Le seul problème est que le lieu est très mal approprié pour que je puisse réellement agir, trop de témoins, trop d’innocents aussi.

Je n’ai pourtant pas le temps d’y songer plus longtemps car la vampire se jette sur moi dans un souffle presque inaudible, me bousculant contre les étagères qui, par le choc conséquent, perdent une partie de leur contenu qui s’écroule par terre. La garce !! Avec cette diversion, me voilà prise aux pièges des regards qui se tournent vers moi, ainsi que celui de la dame de l’entrée, me notifiant son mécontentement. Je ne peux fuir devant un tel désastre, tandis que la vampire en profite, elle, pour s’enfuir en me laissant dans ce pétrin.

Le choc a été si violent que les livres sont tombés des deux cotés, là où je suis, mais aussi derrière où des étudiants devaient travailler. Je me baisse aussitôt pour ramasser les premiers ouvrages à portée de main, les reposant sur l’étagère avant de voir une main m’arrêter fermement. C’est la femme de l’accueil qui s’est précipité sur l’accident, me réprimandant rien que par le regard noir qu’elle me lance, restant pourtant correcte quand elle s’adresse à moi.


- Laissez-moi faire, vous ne saurez pas les ranger à leur place !

Je m’efface sans dire un mot, confuse et désolée, bien qu’au fond de moi je bous de ce sale tour que cette sangsue vient de me jouer. Je suis sur le point de rebrousser chemin, à l’heure qu’il est, elle doit être loin et je ne la rattraperai pas mais mon regard s’attarde à travers les étagères vides, tombant sur cette jeune femme inanimée dans son fauteuil. L’aurais-je assommée dans ma mésaventure ? Cela y ressemble et je me précipite auprès d’elle, tentant de voir l’étendue des dégâts et de la ramener à la conscience en lui tapotant les joues.

- Hey !! Ca va ? Réveillez vous !!


[hj : sorry, je me suis un peu laissé emportée dans l'écriture :s]
_________________


~ Thelma's Louise ~
Revenir en haut
Chiara Costagliola
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Mar 28 Avr 2009 - 14:51    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant

    Jamais d’originalité, jamais de changement, c’était toujours pareil, toujours les mêmes mots qui arrivaient à ses oreilles lorsque finalement elle reprenait conscience. « Réveillez-vous », « Chiara, réveille-toi » il n’y avait que très peu de différences entre les diverses manières dont elle se réveillait effectivement plusieurs fois par jour. Ce qu’elle appréciait c’était lorsque les crises avaient lieu lorsqu’elle était seule, chez elle et qu’à son réveil, il n’y avait personne pour la secouer, la gifler ou lui balancer un verre d’eau contre le visage. Un réveil comme tout le monde, comme une petite sieste volontairement faite.
    Encore une fois on la réveille, encore une fois on ne peut pas la laisser faire sa crise et dormir tranquillement. Apparemment pas. Une main tapote ses joues, au moins elle se réveille avant que l’inconnue lui assène une gifle pour la ramener à sa pleine maîtrise de soi. Elle n’a pas encore ouvert les yeux mais avant qu’elle perçoive la voix, elle sait que c’est une femme. Depuis le temps qu’on lui tape sur les joues elle est devenue experte en reconnaissance de coups sur les joues. A quoi cela sert-il ? Absolument à rien il est vrai mais on se divertit comme on peut.

    Secrètement elle s’amusait à tester ces nombreux sauveurs. Jusqu’où allaient-ils, comment réagissaient-il dans cette situation. C’était très amusant, un divertissement dont elle ne perdait pas une occasion d’en jouer. Il y avait ceux qui voyait qu’elle reprenait ses esprits et qui s’en allait sans demandé leur reste, il y avait ceux qui restait un peu à ses côtés, s’assurant qu’elle était en bonne santé avant de la laisser, il y avait ceux qui lorsqu’elle donnait l’explication de son trouble, ne la croyait pas et s’en allaient fâchés en pensant s’être fait berner pour une raison ou une autre, il y avait quelque fois les médecins de pacotilles qui venait jouer les chevaliers blancs descendu de leur fier canasson et qui lorsqu’après s’être lancés dans des tirades à en faire pâlir Cyrano, se retrouvaient bien bête ne connaissant rien à la pathologie de la jeune femme.
    Une catégorie de personne sortait du lot. Les sauveurs, ceux qui une fois Chiara réveillée, insistait pour la raccompagner, pour appeler un de ses proches, pour la prier de voir un médecin. Et lorsque la jeune femme était sur le point de leur expliquer la nature de sa pathologie, elle se stoppait. Cette catégorie de gens était à part et se divisait en deux sous catégories.
    Il y avait les sauveurs opportunistes, qui ne portaient secours à la demoiselle en détresse dans le seul et unique but de se faire applaudir et de ramasser les lauriers. Ceux là ne valaient pas la peine qu’on s’y attarde et Chiara se faisait un plaisir de les remettre à sa place en montrant bien qu’elle n’avait rien, parfois elle était capable provoquer une altercation avec son sauveur, l’accusant de l’avoir bousculer intentionnellement pour ensuite jouer les héros, là … le Zorro de pacotille repartait la queue entre les jambes et soit il ne recommençait pas, soit il passait dans l’autre sous catégorie.
    Seul les vrais sauveurs n’apprenaient pas ce dont souffrait Chiara. Elle se plaisait à les laisser croire qu’ils avait fait une chose primordiale dans leur vie. Le plus souvent elle le sentait, elle ne pouvait pas vraiment dire comment avec exactitude mais après plus de dix ans de vie avec sa maladie, elle en avait vu défiler des gens et elle reconnaissait toujours très vite ceux pour qui, venir en aide à cette demoiselle sans défense devenait un tournant important dans leur vie. Elle le savait parce que souvent, ces rares sauveurs là, elle les avait revu, ils voulaient prendre de ses nouvelles, et plus tard elle leur disait enfin de quoi elle souffrait.

    Narcolepsie ou maladie Gélineau, ce trouble neurologique qui combine les épisodes quotidiens d’envies irrépressibles de sommeil et dans des cas plus rares comme celui de Chiara la cataplexie. Des mots bien savants pour une fille âgée de tout juste quinze ans lors de sa première crise. Des mots qui aujourd’hui étaient passés dans le registre banal.
    Alors comment s’amuser avec celle qui lui tapaient sur les joues à ce moment précis. Elle ouvrit les yeux, toisant la jeune femme qui se tenait à sa hauteur, lui demandant de se réveiller. Elle semblait inquiète. Parfait, Chiara s’ennuyait après ses recherches et lectures infructueuse sur ses créatures chéries.
    Regarder cette expression sur son visage, il y avait un mélange de soulagement qu’elle ne soit pas morte et de perplexité à voir cette fille qui venait de se réveiller la fixer de la sorte.
    Chiara aimait jouer de cela. C’était exquis, regarder, ne pas prononcer un mot, attendre de voir comment son interlocuteur allait prendre le fil de la conversation, elle n’était jamais celle qui parlait en premier. Ce n’était pas une question de timidité, bien sur que non elle ne l’était pas.
    Or elle se retenait de parler jusqu’à ce que la jeune femme le fasse la première. Elle attendait toujours pour savoir quelle couleur donner à la conversation qui allait suivre. Serait-ce une nouvelle prétendante à la catégorie des vrais sauveurs ?
    Logiquement vu son attitude, elle serait une bonne prétendante au titre, Chiara n’attendait qu’une chose, Aussi impatiente qu’une gamine un matin de Noël, elle fixait la jeune femme attendant que ses lèvres ne prononce une amorce de conversation avec elle. Sur quel terrain cela allait les emmener.
    Excitée, comme une puce, Chiara était sur le point de dire quelque chose si son interlocutrice ne le faisait pas. Mais ce n’était pas comme cela que ça fonctionnait. Non si elle parlait en premier, la conversation serait faussée, elle se poserait tout le temps la question de savoir ce qu’elle aurait dit si elle l’avait laisser parler la première.
    Pendant une seconde elle se mordit la langue, se forçant à ne rien dire. Le jeu était amusant, autant tenir bon jusqu’au bout. Dans sa tête, Chiara se posait l’éternelle question. Allait elle faire preuve d’originalité ? Allait elle trouver mieux que ces balanités sans noms qu’elle avait pu depuis dix ans entendre en plus de dix langues différentes ? Le suspens était sur le point de la faire parler, elle se mordit la langue plus fortement, se forçant à ne rien dire.
    Tout au fond de sa poitrine, son cœur battait à un rythme plus rapide que la normale. Mais qu’est ce que le rythme normal pour une jeune femme qui joue les belles au bois dormant plusieurs fois par jour et voit son rythme cardiaque passé de calme à excité en quelques secondes ?
    Il faut qu’elle parle, il faut qu’elle dise une phrase, un mot, quelque chose. Chiara ne veut pas parler, pas la première.
    Que ce qu’elle attend pour ouvrir sa bouche et assèner la jeune fille d’une banalité sans nom ?
    Une toute petite phrase, rien qu’une.
    Encore quelques secondes …
Revenir en haut
Chezim Gidrem
Djinn

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2009
Messages: 1 734
Localisation: Capitol Hill
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Mai 2009 - 23:41    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant

C’est bien ma veine. Voilà que j’ai mis KO une pauvre innocente qui a eu juste le malheur de se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Penchée vers elle, je l’examine scrupuleusement, elle ne semble pas avoir de blessures visibles. Mes doigts remontent doucement sur sa joue, frôlant sa peau, filant dans ses cheveux que je soulève à peine, juste histoire de m’assurer qu’aucune trace de sang n’y figure.

- Dratché !! Saleté de vampire !!

Ce murmure m’échappe malgré moi alors que je baisse la tête, soupirant de consternation, mais heureusement qu’elle est inconsciente pour ne pas entendre mes mots. Je m’en mords aussitôt la lèvre, relevant les yeux sur elle pour m’assurer qu’elle est toujours dans le cirage, un soulagement pour moi alors que j’espérais le contraire jusqu’à présent mais je me verrai mal lui expliquer.. je n’avais rien à lui expliquer de toute façon, elle ne doit rien savoir du tout, point barre. Mais cette vampire ne perd rien pour attendre et je compte pas la laisser filer comme ça, ce n’est que partie remise, car pour l’instant, le plus urgent reste cette jeune femme inconsciente qui ne semble pas vouloir revenir à elle.

- Hmm.. j’espère qu’elle va bien !

Cette voix nasillarde me tire de mes pensées et je me redresse, me retrouvant face à la vieille femme qui me toise d’un air sévère tout en tenant dans ses bras un des ouvrages qu’elle bichonne comme un enfant. Je tente un sourire de circonstance bien que je sois persuadée que la blessée soit sans danger maintenant.

- Heu.. oui oui.. y’a rien de grave..
- Je l’espère pour vous ! Je vous garantis que je n’hésiterai pas à témoigner contre vous !
- Oh mais.. elle n’a rien je vous assure.. un peu sonnée mais elle va se réveiller..
- Je l’espère !! Parce que vous ne vous rendez pas compte du trouble que vous avez provoqué ici !! Sans compter celui que vous lui avez causé à elle !!

Je baisse les yeux vers la princesse endormie, réalisant le pétrin dans lequel je suis. Si elle ne se réveille pas, je suis vraiment mal, et pas sortie de l’auberge avec la bibliothécaire. Il manque plus qu’elle appelle les flics et le compte est bon.

Je fais un rapide tour d’horizon. Les gens ont cessé de se préoccuper de moi et sont retournés à leur occupation, le nez plongé dans leur lecture. Le silence coutumier est revenu, au moins l’attention n’est plus axée sur moi, ce qui me soulage profondément. Je m’agenouille de nouveau devant elle, attrapant une de ses mains dans la mienne tandis que l’autre lui tapote la joue. Il faut qu’elle se réveille, il le faut !!


- Allez princesse, réveille toi !!

Je chuchote pour ne plus attirer les regards sur moi et la bibliothécaire retourne à son rangement, beaucoup plus précieux à ses yeux que la santé d’une humaine qui semble enfin revenir à elle, du moins c’est l’impression que j’ai. Ses joues reprennent de la couleur, son souffle devient plus régulier. J’épie le moindre signe, le moindre battement de cils qui pourrait m’indiquer qu’enfin elle revient à elle. Je ressers ses doigts plus fort entre les miens, cherchant encore un signe qui m’indiquerait qu’elle est sur la bonne voie. J’attends.. et espère.. et enfin, oh ouii.. enfin un battement de cils, un souffle sortant de ses lèvres et la princesse ouvre les yeux.

Je suis aux anges, comme je ne l'ai surement jamais été, rayonnant de voir ma protégée revenir à elle, un soulagement me gagnant et je porte sa main à mes lèvres que je baise doucement, murmurant sur sa peau.


- Merci..

Certes, elle ne comprendra surement pas, mais elle me tire une sale épine du pied. Je tourne alors la tête vers la femme qui me toise hautainement, constatant qu'il n'y a plus lieu de faire d'histoire et tourne alors les talons pour regagner son bureau afin reprendre ses activités.

_________________


~ Thelma's Louise ~
Revenir en haut
Chiara Costagliola
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 9 Mai 2009 - 03:15    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant


    Wow, alors là elle fait fort. Mesdames et Messieurs, la palme de l’originalité revient donc à … la folle de la bibliothèque ! Les yeux grands ouverts, Chiara fixait intensément l’inconnu qui avait saisit sa main, la serrant, presque un peu trop fort même si elle ne dit rien, ne voulant pas la choquer par une réaction trop vive qui aurait pu contraster avec l’état comateux duquel elle venait de sortir.
    Hallucinée, elle se demandait si elle avait réellement ouvert les yeux ou non, oubliant l’espace d’un instant qu’elles se trouvaient dans une bibliothèque, Chiara se racla la gorge un peu bruyamment, voyant la harpie se retourner vers les deux jeunes femmes. La scène devait être cocasse à voir. Chiara affalée dans ce fauteuil, jusque-là rien de bien spectaculaire, mais la jeune inconnue qui se tenait près d’elle était, comment dire, plutôt incongrue. Elle se tenait agenouillée devant elle, tenant sa main serrée dans la sienne avant de la porter à ses lèvres et d’y déposer un baiser accompagné d’un merci murmuré.
    Ou cette femme était totalement folle, ou elle devait prendre la belle endormie pour la réincarnation du divinité quelconque, semblant aussi attentive à ses moindre gestes, les moindres signes de respiration qu’à la venue sur terre d’un nouveau messie. Chiara n’était aucunement le sosie qu’une personnalité quelconque, elle n’était pas quelqu’un de connue, ou d’important. Juste cette jeune fille débarquée d’Italie il y a peu.


    Il fallait la voir, aussi prévenante, aussi suspendue à sa moindre réaction commençait sérieusement à lui donner une impression de malaise. Doucement elle retira sa main prisonnière de celle de l’inconnue et vit la bibliothécaire s’éloigner. Son seul espoir de salut face à cette peut-être psychopathe sous couverture était en train de se faire la malle.
    Sans plus attendre, sans plus de cérémonie, Chiara se releva comme si de rien n’était, encourageant l’étrange inconnue à en faire de même. Il fallait qu’elle se relève, quelle situation plus que gênante si la demoiselle restait à ses pieds si elle se tenait à présent debout, au milieu des rayonnages de livres plus ou moins poussiéreux.


    Toujours est il que la jeune italienne allait devoir s’expliquer sur la raison de son profond sommeil qui avait eu l’air d’inquiéter grandement la brune. Dans un anglais convenable et avec sa pointe d’accent chantant les couleurs du sud, Chiara lui adressa quelques mots.

    - Merci pour quoi au juste ? vous vouliez répéter le rôle du prince dans la belle au bois dormant ? Je suis heureuse de m’être réveillée avant la scène du baiser dans ce cas…


    Hésitant entre rester le plus sérieuse possible pour guetter la réaction de sa vis-à-vis, ou laisser éclater un rire qui, pour sur, ferait sortir l’horrible harpie de sa tanière pour venir soit sauver la damoiselle en détresse des griffes du dragon, soit pour montrer sa véritable nature, à savoir, un dragon elle-même.
    Etrangement elle choisit la première option. Restant de marbre quelques instants, le temps de sonder le visage de l’inconnue, Heureusement pour elle, elle ne semblait pas totalement idiote, ce qui fait donc sourire la belle au bois dormant ne dormant plus guère et la fit rire, un rire somme toute modeste, il ne faut pas échapper aux griffes du loup pour se jeter dans celles du dragon.


    Chiara tendit sa main à la jeune femme. Non pas pour recevoir un second baise main, mais bien pour la saluer et établir le contact. Après tout elle était là depuis quelques temps et n’avait rencontré personne pour l’instant dans cette grande ville.
    Restons polis, personne serait exagéré et irrespectueux pour sa chère logeuse aussi souriante, accueillante et enjouée qu’une porte de grange non huilée depuis le siècle dernier. Et le propriétaire de la librairie qui venait de l’engagé semblait ravie d’avoir quelqu’un qui s’occupe de sa boutique pendant qu’il fasse tranquillement ses siestes.
    Au moins ils avaient un point commun, à savoir le sommeil. Cela dit, même leur amour des livres ne semblait pas très compatibles. Il se révéla que pour cet homme tenir cette librairie ou un stand de hot dog avait le même intérêt à ses yeux. Tandis que Chiara elle le voyait d’un tout autre œil.
    Zorro, ou plutôt la sauveuse mystère la regardait fixement, alors que Chiara avait toujours la main tendue vers elle. Elle n’allait quand même pas devoir lui expliquer comment serrer la main à quelqu’un pour le saluer tout de même !

    - Chiara, je m’appelle Chiara Costagliola et vous êtes ?


    Il ne fallut plus que quelques secondes pour que la jeune femme attrape sa main et la serra à son tour. Chiara constata pour la seconde fois à présent que soit elle était malade, soit elle avait le sang chaud cette femme là. Cela expliquerait ce tempérament de proximité.
    Etonnée, Chiara la regarda, de la curiosité plein les yeux. Qui était elle et pourquoi diable semblait elle tant attentionnée envers elle. C’était tellement inhabituelle pour la jeune femme, qui pourtant en avait vu bien d’autres durant ces dix ans de narcolepsie, ses dix années de crises diverses et variées.
    Se baissant et soulevant la seconde pile de livres qu’elle n’avait pas fini de remettre à sa place, crise oblige, elle reposa les ouvrages un peu violement et eut un regard agacée en direction de l’allée ou la bibliothécaire avait disparut quelques instants plus tôt.
    Toujours est-il que Chira croyait à une machination montée contre elle. Elle avait mis plus de quinze minutes à trouver l’ouvrage dont elle avait besoin et voilà que la vieille chouette le reprenait pour aller le replacer à son emplacement.

    - Pourquoi faut il toujours que ce soit le seul ouvrage intéressant que les bibliothécaire monopolise. Le pape ou je ne sais qui ne l’a pas mis à l’indexe il me semble ! Enfin bref… vous pourriez m’expliquer pourquoi vous me baisiez la main, je dois dire que cela m’intrigue…
Revenir en haut
Chezim Gidrem
Djinn

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2009
Messages: 1 734
Localisation: Capitol Hill
Féminin

MessagePosté le: Sam 23 Mai 2009 - 15:36    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant

La réaction de la jeune femme me fait comprendre de suite que mon attitude n’est pas des plus normales. Bien sur, elle ignore tout de cette course folle, de cette vampire et même des menaces de la bibliothécaire puisque celle-ci est repartie à son poste. Se souvient-elle-même du choc qu’elle a subit ? J’en doute car son premier réflexe aurait du être de se frotter la tête, or ce ne fut pas le cas. C’est sa main qui l’importune le plus, sa main dans la mienne qui semble la gêner et elle la retire sans attendre. Je réalise alors mon geste, la lâchant en même temps tout en baissant les yeux. J’imagine aisément le quiproquo de cette situation mais j’avoue que je ne sais pas du tout par où commencer pour lui expliquer comment j’en suis arrivée à me retrouver à genoux devant elle en lui tenant la main.

C’est à ce moment là qu’elle se releva, et je me recule pour la laisser faire, faisant de même, me retrouvant face à elle en lui adressant un triste sourire de compassion. Mais la jeune femme, impatiente surement par tant de silence, prend les devants pour m’accabler de questions, supposant à mon grand étonnement, un simulacre de séduction de ma part, me faisant lâcher un murmure et ouvrir les yeux ronds.


- Oh..

J’avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça. Mais ne se souvient-elle vraiment de rien ? Mes idées s’emmêlent, cherchant une issue des plus plausibles pour me sortir de cette méprise, fermant un instant les paupières pour réfléchir et quand je les réouvre, je réalise que sa main et tendue vers moi, attendant de moi ce retour de salutation.

Je finis enfin par glisser la mienne, serrant cette main comme il se doit, sans trop de rudesse, dans trop de tendresse, essayant par là d’effacer cette confusion, relevant les yeux sur cette jeune femme qui se présente. Chiara.. et je lui souris. Je note toutefois que son nom n’est pas américain, ce qui concorde avec ce léger accent qui lui va bien. Elle enchaine aussitôt, reposant ces questions, elle veut comprendre, ce qui est tout à fait légitime.


- Je m’appelle Chezim.. Chezim Gidrem et.. il y a méprise..

Je lui souris à nouveau, relâchant sa main pour croiser les bras sur ma poitrine, la scrutant impudiquement.

- Ne me dites pas que vous n’avez pas eu mal ? Vous ne vous souvenez pas des livres que vous avez pris sur la tête ?

Je fais un pas sur sa gauche, cherchant à voir à travers sa chevelure une quelconque bosse mais rien, il n’y a absolument rien. J’en soupire avant de lui refaire face.

- Je ne comprends pas.. Toute l’étagère a volé sur vous quand je.. enfin quand j’ai été bousculé et vous avez perdu connaissance..

Je la fixe intimement, scrutant à nouveau ses prunelles qui semblent totalement ahuries par ce que je lui raconte. Il est clair qu’elle n’a plus de souvenirs de rien ou alors le choc a été plus fort que prévu. Je m’approche plus près d’elle, baissant ma voix d’un ton avant de poursuivre.


- Je vous raconte pas le scandale avec la bibliothécaire et votre réveil m’a sauvé la mise je dois dire, sinon j’étais bonne pour une interpellation en bonne et due forme.

Je lâche un petit rire tout en jetant un œil vers le bureau, m’assurant que cette dernière ne nous épie plus mais elle n’est plus là. Paniquée, je fais un tour d’horizon des lieux avant d’entendre dans mon dos cette voix pincée que je reconnais aussitôt.


- Excusez-moi mesdames mais j’ai du travail !

Et là voilà qui s’incruste, ramassant les livres de Chiara pour aller les remettre à leur place, nous bousculant presque pour prendre dans ses bras les ouvrages qu’elle couve comme des poussins, disparaissant dans la première allée.

- Oh mais.. attendez !!

C’est vrai quoi !! On n’est pas aux pièces. Sans attendre je lui emboite le pas, la suivant dans cette allée pour tenter de récupérer les livres dont Chiara semblait impatiente de consulter. La bibliothécaire me fit face, nez pincé, lunettes retroussées, me toisant de son air supérieur mais je m’en fiche, outrepassant les convenances, j’attrape sans attendre les livres avant de repartir sans attendre de réponse.

- Excusez moi, mais nous en avons encore besoin.. merci !!

Je longe les rangées, regagnant l’endroit où Chiara doit attendre, ignorant derrière moi les jérémiades de la bibliothécaire, baissant alors le nez sur les livres. « L’antre des vampires », « Les vampires de Manhattan », « Journal d’un vampire », « Les énigmes du vampire » .. ces titres me font froid dans le dos et je stoppe ma marche d’un coup, serrant les livres contre moi, cherchant à comprendre. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Je ne peux pas imaginer qu’elle en soit, mais son intérêt pour ces monstres cache quelque-chose. Lentement, je reprends ma marche, arrivant devant elle en essayant de rester le plus naturel possible, lui tendant ses livres.


- C’est bien cela que vous vouliez ?
_________________


~ Thelma's Louise ~
Revenir en haut
Chezim Gidrem
Djinn

Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2009
Messages: 1 734
Localisation: Capitol Hill
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Sep 2009 - 20:32    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim] Répondre en citant

A archiver, merci.
_________________


~ Thelma's Louise ~
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:42    Sujet du message: 1, 2, 3 ... sommeil [PV Chezim]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com