Blackout Index du Forum
 
 
 
Blackout Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé]

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Liyah Volüspa
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 10 Avr 2009 - 15:44    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé] Répondre en citant

Aujourd’hui la journée a été longue et morose... Non ce n’est pas tellement la pluie qui s’abat sur notre ville qui me désespère, en fait j’en suis plutôt même très contente. Seulement ma maman Ariel a décidé de partir en voyage au Mexique pour je-ne-sais-plus-quelle-raison mais toujours est il qu’elle a décidé de me quitter ! Et ça, oui ça, ça me dérange vraiment beaucoup, elle m’a toujours emmené avec elle mais là pour une raison que j’ignore hop madame disparait en me laissant derrière elle. Alors je tape du pied et fais la moue toute la journée, tout en rêvassant en classe. Elle m’a assuré qu’une de ses amies veillerait sur moi, oh cool une nounou ! Comme si j’avais besoin de ça, moi grande Liyah, je sais parfaitement me défendre toute seule et j’ai besoin de personne pour m’aider à faire mes devoirs.
Je soupire tout en écoutant la maîtresse nous donner ses leçons de mathématiques bidon qui ne me serviront jamais à rien. Bah quoi c’est vrai, l’important pour moi est de savoir combien de litres de sang je peux ingurgiter sans me rendre malade…

La cloche retentit enfin annonçant la fin de cette heure de classe désespérante. Y a pas à dire le collège c’est vraiment trop nul ! Ah tiens y a Victor qui m’attend comme toujours à la sortie de la classe. Lui c’est mon meilleur ami depuis que je suis arrivée à Seattle, il est largement plus grand que moi et il adore se moquer de ma petite taille qui je cite : n’a pas bougé d’un millimètre depuis que j’ai six ans. Humpff, frustration quand tu nous tiens. Il a de jolies boucles dorées et des yeux très clairs, il dégage une odeur très, très rafraichissante et je dois bien avouer que j’ai du mal à ne pas lui sauter dessus pour le gouter juste un petit peu. Enfin comme maman dit : On ne goutte pas les amis et les proches. C’est bien dommage pourtant… Je suis certaine qu’il pourrait comprendre il est très intelligent comme garçon. D’ailleurs je crois que j’en pince un peu pour lui mais jamais il ne voudra de moi, je suis son mini pouce adoré comme il se plait à me le répéter tous les jours en me câlinant comme si j’avais seulement trois ans.

Enfin, la journée se déroule tout aussi passivement, ce soir je sais que je dois rencontrer ma fameuse nounou et je me demande encore si elle est jolie et gentille. Et oui car je n’aime pas les gens moches, je ne sais pas pourquoi les autres gens pas comme moi disent qu’il faut regarder d’abord à l’intérieur et tout le tralala mais faut arrêter, moi les moches ça me pique les yeux et ça me donne pas envie de leur parler. Je ne suis pas hypotrite euh hypopocripe, mince comment on dit déjà ? Ah oui, hypocrite voilà. Est-ce qu’elle va jouer à la poupée avec moi comme maman le fait ? Oh oui j’aimerai bie trouver une jolie petite fille rousse, la maquiller et coiffer ses cheveux, il faut qu’ils soient longs et soyeux ! Oh oui ! Et si elle pleure trop je pourrais la manger, j’aime beaucoup lorsque leur peau est toute blanche et qu’ils ne font plus de bruits.

Victor et moi allons au parc pour jouer un petit peu car à chaque fois. Bon on ne peut pas aller sur le toboggan à cause des méchants qui s’y trouvent. Vous savez qu’ils ont déjà poussé Victor pour qu’il tombe et se fasse mal ? Si cela ne tenait qu’à moi j’irai leur mettre mon petit poing dans leur tête de macaque desséché mais maman ne veut pas… Elle n’est pas très drôle maman d’ailleurs à ce sujet là. Elle dit que je suis spéciale et différente parce que je ne mange pas comme eux et que je suis plus forte. Elle m’a interdit de blesser quelqu’un sinon quoi et bien on m’emmènerait loin d’elle et on m’enfermerait comme un rat de laboratoire. Pourtant ils en parlent à la télé, je crois qu’ils disent qu’on est des vampires mais je ne suis pas comme le monsieur Dracula des contes pourtant, je suis largement plus jolie quand même et je suis gentille. La preuve je peux rester avec des gens qui ne sont pas comme moi, sans les croquer et sans les voir comme des poches de sang, quoi que quand j’ai très faim… J’avoue que ça m’arrive et que je donnerai n’importe quoi pour croquer un petit doigt à la place de mon crayon à papier.
Il est déjà l’heure de rentrer et c’est avec regret que je quitte mon petit Victor qui me dépose devant la grande bibliothèque, je lui ai dis que maman m’y attendait alors qu’en fait elle a déjà quitté la ville et c’est l’autre nounou qui doit m’y récupérer.

C’est un des bâtiments que je préfère, il est grand et il y a plein de livres partout partout. J’adore lire vous le saviez ? Je ne sais pas si c’est normal mais lorsque je lis j’arrive à voir les scènes se dérouler sous mes yeux, c’est trop génial, du coup je passe énormément de temps ici. D’ailleurs j’ai des bouquins à rendre c’est pour cela que j’ai demandé à ce qu’elle me rejoigne ici et si jamais j’ai envie de m’amuser je pourrais toujours tenter de la semer dans les allées. Un énorme cache-cache et à coup sûr c’est moi qui vais gagner parce que je suis la plus forte.

Je pénètre à l’intérieur et pose mes petites fesses sur un banc à l’intérieur en attendant miss nounou d’enfer. Je sors les livres que je dois rendre pour en relire quelques pages en attendant en compagnie de Monsieur Guimauve mon lapin. Bon d’accord il n’y a que moi qui peut le voir mais il est assis là juste à côté de moi, il est très sage quand même, il ne va pas grignoter les bouquins. Heureusement sinon la dame elle ne serait pas contente je crois…


Dernière édition par Liyah Volüspa le Dim 27 Sep 2009 - 23:10; édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 10 Avr 2009 - 15:44    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Raphaëlle De Ste Croix
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 10 Avr 2009 - 16:35    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé] Répondre en citant

Raphaëlle s’était endormit depuis des siècles, réveillés il y a peu et elle avait apprit, apprit le murmure que l’ont raconté au sujet des vampires! Quel monde! L’hérésie de se révéler, elle regrettait les plus anciens qui veillaient au respect de leur silence et elle se sentait désormais frustrée de devoir supporter ce simulacre de vie, cette fantasque fanfare qui faisait désormais d’eux des être révélés. Raphaëlle était en rage à cause de cela mais elle faisait front, acceptée plutôt endurée, se massacrant l’esprit à tenter de comprendre, elle détestait tout cela. Mais elle acceptait. Après tout, elle était l’une des plus tapie dans l’ombre, peu la connaissait et généralement ceux qui l’appréciait était eux aussi des rejetés. C’est ainsi qu’Ariel l’avait contacté. Elle s’étaient connus il y a longtemps par le biais de Nana, la seule vampire qui était restée sous le charme de sa fille, de cette poupée souriante. Et voilà qu’Ariel lui demandait une faveur, gardait sa fille. Dans son esprit la conversation revenait tandis qu’à la bibliothèque elle attendait la petite vampire.

*Ariel, pourquoi as-tu fait ça? Je n’aurais souhaité à mon pire ennemis de tomber sous le charme d’un enfant. *

Dans son esprit, le vampire pensait à la douleur de devoir supporter une enfant vampire. Nana était égoïste et n’appréciait que ceux qui la câlinaient. Mais c’était les premières années, le temps arrangeait les choses tout dépendaient de l’enfant et de ceux qu’on lui inculquait. Ariel lui avait précisé que l’enfant était douce et sage, qu’elle respectait la vie humaines surtout celle de ses amies et elle avait tant et si bien convaincue l’immortelle qu’elle avait finit par accepter. Et c’est ainsi qu’elle attendait dans la bibliothèque, rêvassant sur un vieux bouquin de Bram Stocker. Elle s’était habillée de manière simple, sans trop vouloir inquiéter la petite fille, un corset blanc sur un pantalon noir, un long manteau de laine et des talons toujours gothique, elle n’avait que cela. Ses cheveux lâchés sur ses épaules, elle restait pensive, jusqu’à ce qu’elle sente dans l’air ambiant une odeur plus mutine. Ses sens restaient éveillés à l’attente de l’enfant, il ne faut jamais laisser un enfant vampire seul. Elle referma son bouquin et se dirigea avec douceur vers l’endroit où elle devinait la petite fille. Raphaëlle appréhendait l’instant. Comme une mère adoptant un enfant appréhenderait la première vue de l’enfant. Elle sentait une sorte de pincement dans sa poitrine, l’anxiété la rendait pourtant sereine. Elle aperçut le petit ange assis sur un banc à lire, ses pensées étaient vagabondes mais l’immortelle ne se permit pas de les écouter plus que cela. Elle se rapprocha et contourna le banc afin de se présenter à la jeune enfant. S’accroupissant devant la puce, elle sourit et lui tendit la main.

-Tu dois êtes Liyah? N’Est-ce pas? Moi c’est Raphaëlle, Raphaëlle de Sainte croix, je vais te garder quelques jours.

Sa voix tremblotait, une enfant vampire, elle revenait et s’en occupait, elle revenait et à défaut de sa fille, elle s’occupait de celle d’un autre. Et elle en tremblait parce qu’elle devrait la protéger contre les autres, elle devrait faire face et se dresser. Elle s’en sentait plus que capable, mais c’était odieusement difficile de faire face à une petite fille. Nana manquait tellement à Raphaëlle, et ne pas savoir ce qu’elle était devenue terrifiait la vampire. Pour elle s’était  un sentiment que l’on ne pouvait attraper, il restait sagement à sa place et quand on voulait le maitriser, il s’envolait et s’éloignait. La vampire était cependant émerveillé sur l’enfant, elle la regardait avec plaisir, souriant comme une bienheureuse. Liyah était sublime, aussi innocente que l’avait été Annabelle et Raphaëlle ne savait plus de quelle manière agir. Elle était sage face aux humains, face aux autres vampires, mais ses enfants, ils étaient sa passion et elle souffrait. Souffrait car elle avait peur de ne pas savoir les protéger.

 
Revenir en haut
Liyah Volüspa
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Ven 10 Avr 2009 - 17:14    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé] Répondre en citant

Mes lectures sont fructueuses et bientôt je ne tarde pas à contempler un petit chat qui se dresse devant moi faisant mille et une cabrioles. Qu’il est pratique d’avoir une telle imagination, cela me permet de m’évader et surtout de ne plus réellement penser. Si seulement je pouvais avoir le don de matérialiser toutes ces pensées, alors le monde serait bien plus joli je n’en doute pas une seule seconde. Les humains se détruisent eux même, j’ai encore bien du mal à les comprendre, ils sont tellement changeant. Comme Victor, il lui arrive d’arriver à l’école avec un visage triste comme si le monde entier venait de s’écrouler et qu’il était le seul rescapé, las de vivre. Non je ne comprends pas, ils respirent, ils ont pour la plupart une famille et des gens qui les aiment mais ils sont tout de même malheureux, c’est à ni rien comprendre.

Ariel m’a expliqué que moi aussi j’étais comme eux avant, que mes poumons qui se trouvent par là je crois, avaient eux aussi accueillit de l’air tout comme les autres enfants. Moi aussi j’avais été faible et fragile, c’est triste quand même. Je ne sais pas tellement ce qui est le pire dans tout ça, être différente ou rester éternellement aussi petite. J’aimerai pouvoir mettre de jolis vêtements moi aussi mais ils ne les font pas à ma taille… C’est fichtrement injuste quand on y pense, toutes ces choses que je ne pourrais pas faire. Porter des jupes courtes, mettre des talons et tout cela sans paraitre ridicule… Enfin je n’ai que onze ans même si j’en parais seulement six, ce n’est pas très grave hein ? Il y a des gens qui restent petits toute leur vie et ça ne les empêchent pas de vivre, enfin je crois.

Quand je repense à ma maman qui m’a laissé toute seule alors que je suis pourchassée par des vilaines bestioles aux tâches bizarres. Des Djinns je crois, maman elle dit que ce sont comme des démons en un peu plus moche, beurk ils doivent vraiment avoir une sale tête pour qu’elle dise ça. D’ailleurs c’est une des raisons pour laquelle je me dois de rester sage, pour ne pas attirer l’attention comme elle dit. Aux yeux de tous nous sommes une petite famille même si je n’ai pas de papa, je n’en ai pas besoin. Et puis j’ai bien remarqué qu’avoir un papa c’était la source d’ennui certain. Ah oui par exemple mon copain Victor, son papa et sa maman se sont mariés et tout puis lui il est né et d’un coup PAF ça fait des chocapics… Euh non je voulais dire et PAF ils ont divormé, euh divorcé je crois. Pendant longtemps il avait été tout malheureux mon copain. Comme quoi un papa ça sert à rien en fait. C’est les mamans qui s’occupent de nous, eux ils servent à nous promener en voiture et à céder à nos caprices quand on en a.

Hey Guimauve regarde la madame elle s’approche de nous, elle est jolie hein. Tu crois qu’elle va nous aimer tous les deux ? Arf oui c’est vrai y a que moi qui te vois et t’entend. Ce n’est quand même pas pratique, tu pourrais te débrouiller pour exister vraiment ou on va finir par croire que je suis complètement folle. Tiens regarde je t’avais dis que c’était elle, roooo on en a de la chance, tu crois qu’elle me laissera peigner ses jolis cheveux ?

Je la regarde s’accroupir devant moi tout en me tendant la main. Euh elle fait quoi là ? Faut faire quoi avec sa main, tu sais toi Guimauve ? Ro flute, dommage que Victor soit pas là, lui il m’aurait dit quoi faire. Ca doit être un truc de grand ça encore pfff qu’est ce qu’ils sont chiant à faire des trucs bizarres. Je prends sa main et me relève en sautillant joyeusement.


« Bonjour Madame Raphaëlle, oui moi c’est Liyah et lui c’est Guimauve »

Mince pourquoi je lui ai dis que t’étais là, c’est ta faute, t’es tellement gros que je n’arrive pas à t’oublier. Zut !
De Sainte croix ? C’est quoi ce nom ? Ca me fait penser à la javel, enfin je ne vais pas lui dire elle risquerait de mal le prendre et me cloitrer dans une pièce.
Il est une chose essentielle à savoir avec les enfants comme moi : On prend vite la confiance alors…. Je tire doucement sur sa main.


« Dis dis dis dis, on peut rentrer à ma maison et après je te coifferais les cheveux hein ? J’ai fais tous mes devoirs et demain c’est samedi donc je n’ai pas école, alors on va pouvoir sortir longtemps comme ça, tu verras ça va être rigolo. »

Et je débite un flot de paroles caractéristiques des enfants qui ont de l’énergie à revendre comme moi.

« T’habites où ? Et tu fais quoi dans la vie ? Ca fait longtemps que tu connais ma maman ? Et t’es jolie tu sais… »

Et blablabla je deviens incontrôlable tellement je suis enjouée.
Revenir en haut
Raphaëlle De Ste Croix
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 25 Avr 2009 - 11:35    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé] Répondre en citant

Les enfants sont des êtres particuliers. Ils abordent l’immortalité généralement comme un jeu, certains évoluent comme des monstres dont sont bien au contraire, emplie d’une sagesse que l’on aurait pu deviner en eux. Mais en tous cas, ils sont souvent dépourvus de longs prolégomènes, pas besoin pour eux de se laisser précéder par une longue introduction. Bien au contraire, le corps du sujet se présente le plus souvent directement à nous. Et Raphaëlle se sentait intimidée par la petite fille qui se tenait devant elle, une poupée magnifique, qu’Ariel avait crée et elle se sentait protectrice. Maladroite est le terme qui viendrait le mieux arborait l’instant. L’immortelle oubli presque que Liyah est une véritable petite fille, à peine transformée et qu’elle ne sait être autre qu’une poupée surexcitée. Le calme de la vampire est troublée, l’excitation de l’enfant la fait sourire et l’évocation de guimauve la ravit presque. Elle se laisserait presque faire avec cette enfant et elle le sait. Entrainée dans la joute verbale de l’enfant qui devient presque trop rapide, la jeune femme sourit encore, ravit, son regard semble s’illuminer de plus belle en regardant l’enfant et elle reprend.

-Si tu veux Liyah, on fera ce que tu voudras. Mais ta maman a dut te dire que je n’étais pas comme tout le monde. Elle caresse tendrement la chevelure de la petite fille. Je suis peintre, ça m’occupe, je n’aime pas travailler. J’habite pas très loin et …elle avait presque oublié les autres questions de la poupée. Elle parlait incontestablement vite et Raphaëlle n’avait plus l’habitude de tout cela. Elle attrapa d’une main les bouquins qu’elle avait à rapporté et déclara. Bon on va déjà rendre ses livres. Ensuite si tu veux tu en choisiras d’autre. Et tu me diras ce que tu veux faire.  Nous allons rentrer chez toi. Il faudra juste passer chez moi que je prenne des affaires et je dois nourrir Minus.

Raphaëlle s’était offert il y a peine quelques jours un serpent, animal avec qui elle avait tellement d’affinité. Un boa magnifique qu’elle avait tranquillement installé dans un vivarium à la maison, mais il fallait le nourrir et elle avait oublié, trop préoccupée à devoir retrouver la jeune enfant. Elle espérait juste qu’elle n’avait pas peur de ce genre de bestiole.

-Si tu as peur des serpents dis le moi, Minus est un boa. Elle tendit à nouveau sa main vers la jeune enfant. Et j’ai envie d’un chien, si tu veux, je l’achèterais le temps qu’on est ensemble. Tu pourras jouer avec si guimauve n’est pas jaloux.

Raphaëlle sentait le poids sur son cœur s’alléger. Elle était nerveuse mais cela se dissipé, après tout elle aimait déjà beaucoup l’enfant immortel et ce n’était pas pour lui déplaire de la garder quelques jours. Il fallait juste qu’elle se souvienne qu’elle n’était pas véritablement la même qu’Annabelle. Elle était comme sa fille, au début, et tout allait bien se passer.

 
Revenir en haut
Liyah Volüspa
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 26 Avr 2009 - 18:39    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé] Répondre en citant

Maman m’a demandé d’être sage et de faire bonne impression en me disant que c’était une vieille amie à elle. J’avais dis des ’oui’ en pagailles juste pour qu’elle me laisse tranquille mais maintenant que j’étais toute seule dans cette grande bibliothèque je me remémorais chacune de ses recommandations en rappelant combien j’étais si spéciale. Spéciale ? Moi Spéciale ? Oui parce que j’étais une enfant et que les enfants n’ont pas le droit d’être comme elle et comme moi. C’est interdit dans le règlement intérieur, comme nous à l’école on en a un, bah chez nous c’est tout pareil sauf que dedans ça dit pas qu’il ne faut pas mâcher de chewing-gum en classe et tout. C’est largement plus important que le règlement qu’il y a dans mon école. Mais chut c’est un secret personne ne doit connaître ça !

Je sais que l’on doit me cacher, maman dit que c’est parce que je suis encore plus précieuse qu’un joyau et qu’elle n’aimerait pas que l’on me dérobe. Alors je brille, je brille ?
La madame s’approche de nous, elle est très très jolie et je comprends pourquoi c’est une amie de maman. Non les gens moches ont ne les aime pas trop avec Guimauve, beurk ! C’est un peu comme un vieux bout de chocolat, ce n’est pas beau alors ce n’est pas bon hein oui Guimauve ?
Do ! Je lui ai présenté Guimauve sans faire exprès, et voilà j’allais encore me faire griller moi, je vais te mettre au régime Guimauve ! T’es tellement gros que je n’arrive même pas à t’oublier tu prends trop de place dans ma tête je te l’ai déjà dis ! Raaa vilain, vilain lapinou !

Bien sûr comme toujours une fois que quelqu’un se montre très gentil avec moi je débite un flot de paroles intenses, d’ailleurs maman dis parfois que me comprendre relève de l’Art ! Et d’ailleurs je crois que Raphaëlle aurait bien besoin de cours de rattrapage car elle semble perdue avec toutes mes questions puisqu’elle y répond dans le désordre. Bon je vais essayer d’être plus gentille et de me contenir, du moins, juste cinq minutes… Elle veut dire quoi par « Elle est pas comme tout le monde ? » Elle est comme moi non ? Hum certainement un passage où je rêvassais lorsque maman me parlait. Soudain un petit nom attire mon attention : Minus ?


« C’est quiiii Minus hein dis dis ? »

Et là elle m’explique que minus est un boa. Un serpent ? Han mais ça mange les lapinous ! Guimauveeeeee cache toiiii ! Pfiou t’auras intérêt à rester bien caché parce que s’il te voit le minus il va faire une seule petite bouchée de toi !

« Moi non j’ai pas peur j’suis une grande fille mais Guimauve si ! Il va le manger ! »

Raaa pourquoi je parle toujours de toi, tu crois qu’elle te voit ? Hum ? Non oui tu as raison, y a que moi qui peut te voir pfff t’es nul comme lapin je te jure, tu ne pouvais pas choisir l’option ‘visible’ quand t’es né ?

« Un petit chien c’est vrai ? Trop cool !!!!!! D’accord, d’accord on va faire tout ça, viens vite vite ! »

J’attrapais la main de Raphaëlle et la trainait à ma suite, il fallait qu’on rende les livres, pis je voulais emprunter le conte de la fée clochette, ça devait être rigolo. Je fis tout ça le plus rapidement possible car il fallait encore qu’on aille chez elle pour nourrir Minus. Mais non Guimauve arrêt c’est pas toi qu’il va manger ! Raphaëlle elle va lui donner autre chose, quoi que, il aurait bien à mangé avec toi hihi, roo je rigole sois pas susceptible pfff ! En fait je crois qu'on va finalement trop bien s'amuser avec notre nouvelle Nounou, tu as vu comme elle est gentille un peu.
Revenir en haut
Raphaëlle De Ste Croix
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 8 Juin 2009 - 16:35    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé] Répondre en citant

L’enfant gênait presque Raphaëlle, elle avait aimé une petite humaine, elle savait ce que cela faisait de tant les désirer qu’il faille les faire devenir sien pour toujours, quitte à devenir une paria et se faire traquer. Elle savait aussi combien ils ne comprenaient pas d’abord, combien leur innocence les rendaient fragiles et insensés et parfois avec le temps ils deviennent plus calme, plus dangereux que n’importe qui, comme Nana était devenue. Et Liyah était la fille d’Ariel, une vieille amie, elle ne pouvait pas refuser de la protéger quelques temps. A peine éveillée et la voila déjà en faiblesse, devant une enfant magnifique et elle ne pouvait s’empêcher de sourire émerveillé comme une gamine. Elle sentait son cœur se serrait en pensant à l’interdiction qu’elle avait elle-même enfreinte tant d’année auparavant. Et voilà qu’elle recommençait à approuver ce qui n’aurait jamais dut être fait.
Elle souriait aussi parce qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de l’écouter dans ses pensées et les enfants ont cette impressionnante faculté d’aller si vite qu’on se perd et Liyah ne manquait pas de la troubler. C’était presque difficile de l’entendre et de suivre, parlant à Guimauve, le voyant comme s’il était vraiment là, le gronder même. C’est un âge qu’il ne devrait jamais quitter et Raphaëlle savait déjà qu’elle ne resterait pas ainsi toute sa vie. Elle finirait par vouloir grandir, par vouloir comprendre, par demander et elle tremblait à l’idée qu’Ariel endure cela. Mais que voulez vous, on ne peut raisonnablement pas changer les choses maintenant….

Elle essaya de ralentir, mais chaque chose éveillait son attention et le vampire savait fort bien qu’elle allait être curieuse. Heureusement pour elle l’évocation de Minus la détourna des questions trop intimes, celle qu’on ne veut pas répondre à une enfant pour ne pas l’effrayer. Car lui dire que sa nourrice n’était pas comme elle et qu’elle voyait la vie différemment n’était pas nécessaire. Ariel faisait son éducation, Raphaëlle ne souhaitait pas lui enseigner la sienne.
A l’entente du mot serpent, l’enfant eut peur pour le lapinou et le vampire ria tendrement, ses yeux  laissaient apparaitre une lumière brillante, quelque chose qui avant se trouvait toujours au creux de son regard mais qui avait été perdu de siècle en siècle et voila que la petite fille faisait renaître cette étincelle de joie.

-ne t’en fait pas, il n’aime pas les lapins, pas du tout même. Il est plus souris. Et comme un gros fainéant surtout, le serpent préférait un truc congelé qu’il prendrait son temps, largement son temps à manger. Il ne savait pas chasser et avait refusé tout ce qui était en vie. Après tout, il ressemblait peut être trop à elle-même.

 Et sans qu’elle puisse répondre, la petite fille l’entrainait déjà. Elle se laissa trainer à sa suite alors qu’elles allaient voir la vieille femme à qui il fallait rendre les livres, une vieille dame fatiguée, qui souffrait, une souffrance qu’elle ressentit. Raphaëlle se ressaisit alors que la petite donnait les bouquins et pourtant elle ne pouvait cesser de l’observer, le regard intrigué et serein. Et elles se regardèrent un moment avant que le vampire lui sourit maladroitement. Elle avait mal, elle le sentait, elle souhaitait s’éteindre alors que son cœur si faible battait plus rassurant à la vue de la vampire. Comme si elle savait. Elle devait lui parler alors, elle avait encore faim et elle refusait de prendre d’autres vies que ce jours là.  
Alors sans la quitter du regard, elle se tourna vers Liyah, hésitante; Certes son attitude avait changé, mais rien de bien inquiétant. Espérons que la jeune femme n’ai rien remarqué.

-Liyah, tu veux bien aller chercher tes livres? Sourit-elle en se baissant vers elle. Je t’attend là!

 
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:22    Sujet du message: Conte-Moi une Histoire [Sujet Annulé]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com