Blackout Index du Forum
 
 
 
Blackout Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Sweet rain [PV Lola]

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Mer 4 Mar 2009 - 17:39    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Une faible pluie tombe sur la ville, de lourds nuages voguent dans un ciel tourmenté et les gouttes abreuvent l’étendue verdoyante des jardins. Le vent souffle entre les branches et les arbustes ploient sous les bourrasques, pourtant, au milieu du parc désert, deux personnes se font face, les yeux dans les yeux, sans bouger d’un cil. L’un d’entre eux est un homme pâle au visage fin et aux cheveux sombres, il porte un ensemble noir des plus classique et l’aristocratie se peint sur ses traits. Dans sa main, il tient un fleuret et un sourire arrogant se dessine sur ses lèvres.

Tu voulais un jugement équitable, je te l’offre, James. Ramasse ton arme. En garde!

L’autre homme, plus large d’épaules a le teint rouge et ses cheveux roux encadrent un visage où s’inscrit l’hésitation et le malaise. Il baisse les yeux vers l’épée qu’on lui a lancé et qui a échoué à ses pieds, il ne sait si l’autre est sérieux ou s’il se contente de se moquer de lui. Ne sachant quelle attitude emprunter, il reste sur place, sans bouger et finit par secouer la tête avant de répondre d’une voix maladroite.

Voyons, monsieur de Navarre, je suis votre avocat, pas l’un de vos élèves et je n’y connais rien en escrime… Vous vouliez m’humilier, je pense que cela suffit comme cela… n’est-ce pas?

Il tourne un regard inquiet sous les hauts arbres où se tiennent deux femmes et trois hommes pâles, ces spectateurs semblent amusés par la scène et ne font aucun geste pour venir en aide au rouquin. Ils lui adressent des sourires méprisants, l’avocat a bien mérité son sort, il n’a pas réussi à défendre son client accusé d’avoir causé un accident par sa conduite dangereuse et désormais son permis va lui être retiré. C’est ennuyeux, Théobald aime ses voitures de sport, et la vitesse le grise, il n’a aucune envie de se priver de ce plaisir.

Sache que les hommes que j’emploie me doive une totale obéissance, que tu sois avocat ou simple balayeur n’y change rien. Es tu un homme ou une femmelette, James? Ramasse ton épée immédiatement.

La voix du jeune baron est calme mais des plus sèche et son sourire s’est évanoui. James Hudson desserre le col de sa chemise, des gouttes de sueur se mêlent à la pluie qui ruisselle sur son front. Il voudrait pouvoir s’en aller, peu importe s’il ne reçoit pas ses honoraires, il est prêt à laisser tomber mais son client a le regard d’un fou, si vide de sentiments, que veut-il de lui? Pourquoi l’emmener dans cet endroit désert à cette heure tardive… Un combat ? James ramasse enfin l’arme dans sa main moite, il fronce les sourcils et hausse les épaules.

-C’est stupide de vouloir me ridiculiser, est-ce un jeu? je ne vois pas en quoi…

-Non. C’est ta vie que tu dois défendre, ton honneur est déjà mort.

Imbécile, il n’a pas compris que ce combat serait le dernier pour lui. Le visage de Théobald est tout à fait sérieux et il s’amuse intérieurement du désarroi de l’homme. Avec agilité, il se jette sur sa victime, et d’un coup habile, lacère la chemise de l‘avocat, laissant un sang carmin souiller le tissu. James a enfin compris et il pousse un cri horrifié avant de tenter de contrer une nouvelle attaque. Mais son mouvement est si malhabile, d’une lenteur affligeante et Théobald n’a aucun mal à le désarmer . Le fleuret s’envole dans les air et l’homme hurle.

Je vous en prie, non! Par pitié!

Mais il est trop tard, et la pointe de l’épée s’enfonce dans la chair tendre, perçant le ventre de l’homme jusqu’à la garde. Leurs yeux se croisent et Théobald peut lire une dernière fois la peur dans les prunelles vacillantes. Les siennes sont glacées, malgré la jeunesse de ses traits, ses yeux sont un abîme ou se perdent des siècles de cruauté. Il ne connait pas la pitié. D’un mouvement ample, il arrache l’arme du corps sanglant qui retombe au sol avec lourdeur.

Débarrassez moi de cela.

Ainsi, le corps est emporté dans une voiture non loin de là. Théobald laisse tomber son épée à terre, tandis que la jeune femme se précipite pour la ranger avec précaution dans son étui. L’immortel se détourne de ses serviteurs et se dirige vers la plage, il sait que les jeunes vampires se chargeront de donner le coup de grâce au mourant et de le vider de son sang. De son coté, l’avocat ne lui semblait guère appétissant, mais le tuer a dissipé une partie de sa rage. Se promener le long de la plage achèvera de lui faire passer sa mauvaise humeur… Les mains dans les poches, il s’avance d’une démarche dégagée, derrière lui le suivent ses fidèles, Théobald n’est jamais tout à fait seul.

L’accident qui lui a valu le retrait de son permis n’aurait pas dû avoir lieu. Tout semble avoir été conçu pour le discréditer, pour donner une mauvaise image de lui. Non pas qu’il en ait besoin mais ce témoin qui surgit au dernier moment était bien mystérieux… Il a obtenu de ses indicateurs l’un des lieu où cet inconnu traîne ses basques, un bar situé non loin de là le long de la plage. Voilà la personne qu’il a envie de rencontrer ce soir, et il pénètre dans l’établissement avant d’aller s’installer au bar, suivis de près par les autres vampires. A leur arrivée si imposante, le silence pèse sur les lieux et Théobald balaie l’assistance, se demandant qui pourra soutenir son regard…
_________________

Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Mar 2009 - 17:39    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Mer 4 Mar 2009 - 20:55    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Ted.. heu non, Todd ! Oui c’était bien Todd qu’il s’appelait, un détail qui m’avait échappé, je dois dire. Toujours est-il que Todd voulait qu’on passe l’après midi à la plage. Certes il ne faisait pas très beau encore, le temps était souvent brouillé et sombre ces jours ci mais il espérait surement une journée ensoleillée malgré la fraicheur encore ambiante. Je n’ai pas refusé même si Todd ne m’intéresse pas plus que cela. Je sais très bien comment ça va finir tous les deux : on va coucher ensemble et il me larguera ensuite comme une chaussette. J’ai l’habitude, ce n’est pas bien grave.

Sauf que Todd s’était bien planté et il ne faisait que pleuvoir depuis le début de l’après midi, ce qui nous avait obligé à nous réfugier au pub de la plage. Heureusement que j’avais mon coupe vent mais cela n’avait pas empêché de tremper mon jean et mes converses. Todd avait voulu jouer les estivants avant l’heure et son pull jeté sur ses épaules n’avait pas tenu le coup.

Le pub de la plage était relativement bondé vu que tous les promeneurs s’étaient retrouvés déroutés avec ce sale temps qui nous tombait dessus. Todd dû même ruser pour nous trouver une table, signalant que je ne me sentais pas très bien. C’est vrai que mon teint pale m’attirait souvent des remarques de ce style et je me demande toujours pourquoi tout le monde veut me trouver malade ou souffrante, alors que je vais bien.. enfin oui, dans l’ensemble je vais bien.

Je n’ai pas trop l’habitude de me retrouver dans ce genre d’endroit comme cliente vu que je suis serveuse. D’ordinaire c’est moi qui suis derrière le comptoir et qui affronte tous ces gens qui attendent après moi alors que là, ils m’ignorent tous. C’est d’ailleurs au Black Betty, là ou je bosse, que j’ai connu Todd. Il m’a de suite draguée, ne me lâchant pas d’une semelle jusqu’à ce que j’accepte un rendez vous avec lui. Ce que j’ai fini par faire pour avoir la paix et pouvoir finir mon service tranquillement et sans encombre. C’est ce qui m’a amené là, sur la plage aujourd’hui, à me demander comment finira cette soirée. Enfin, demain tout ceci sera terminé et je retournerai à ma petite vie.

Nous en étions donc là et le menton appuyé dans ma paume, j’écoutais Todd qui faisait la conversation pour deux, lui adressant quelques sourires pour le rassurer et lui montrer que je m’intéressais un tant soit peu à ce qu’il pouvait bien me dire mais mon esprit déambulait, mes yeux se portant sur les gens autour de nous. Le brouhaha général me berçait, me faisant décrocher totalement de la réalité si bien que je ne percutais pas du tout quand le serveur s’adressa à moi pour me demander ce que je désirais.


- Heu.. un coca s’vous plait..

Penaude, je me retournais vers Todd qui releva un sourcil devant mon hébétude flagrante et j’haussais les épaules avant d’attraper la salière entre mes doigts, jouant avec machinalement. Il profita de la situation pour poser sa main sur la mienne, un geste pour me rassurer ou alors pour passer au chapitre suivant. Ses doigts glissaient sur ma peau, remontant sur mon poignet mais je ne relevais pas les yeux, pas envie de supporter ça encore et puis il m’insupportait. Son regard biaisé, ses cheveux en broussailles, c’était le genre de mec qui ne prenait pas soin de lui. J’en soupirais d’ennui sans pour autant sortir ma main. A quoi bon ? Il allait trouver autre chose de toute façon.

C’est à ce moment là qu’il entra dans les lieux, me faisant alors relever la tête. Cet homme d’une beauté flagrante, comme sorti d’un autre monde. Il avait après lui des gens et cela me faisait penser à Louis XIV et sa suite. J’avais étudié l’histoire de France en cours, cela m’avait passionné à l’époque. Etrangement le silence s’installa dans la salle et les gens baissèrent la tête mais moi je ne pouvais me détacher de lui, l’observant sans faille, sans pudeur. Sous la table Todd me donna un coup de pied, peut être pour me rappeler à l’ordre mais cela fut sans effet. Le magnétisme qui se dégageait de cet homme était d’une ampleur que rien n’aurait pu me faire baisser les yeux.

_________________
Revenir en haut
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Lun 9 Mar 2009 - 13:01    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Les yeux clairs du vampire traversent la pièce et se posent sur elle… La seule qui n’ait pas baissé la tête, empressée de se dégager d’un regard écrasant. Le contact visuel se prolonge quelques secondes et un infime sourire glisse sur les lèvres pâles. Durant ce si bref instant, les autres semblent disparaître, il donne l’impression de la cueillir parmi une étendue de fleurs, son regard lui parle avec intensité et lui inspire ce sentiment d’être unique. Le charisme qui se dégage de lui est puissant et le serveur s’empresse de venir au devant de Théobald, reconnaissant en lui ce personnage si médiatisé ces derniers temps.

Le voir d’aussi près est chose rare, un homme si important ne se déplace guère dans des lieux si communs. Le bar n’a rien d’extraordinaire mais il dispose toutefois d’une vaste salle décorée avec gout. Le serveur, un homme au visage replet, tripote son tablier avec maladresse et lorgne avec incertitude les suivants de Théobald. Sont-ils donc tous réellement des vampires assoiffés de sang? Cela parait si extraordinaire qu’il préfère ne pas y croire, pourtant, leur présence est une aubaine pour son commerce, quelle magnifique publicité! Il toussote, et s’adresse enfin à lui d’une voix mielleuse, interrompant ainsi l’observation de Théobald.


« Bienvenue monsieur de Navarre, c’est un plaisir que de vous voir ici! Voyons vous êtes six, c’est bien cela? Je vais vous emmener à une table où vous aurez une jolie vue sur le soleil couchant... Oh…Ces clients seront ravis de vous céder leur sièges…»


D’un geste de la main, le serveur désigne des places situées devant la grande baie vitrée. Cet endroit est certes agréable et par ailleurs, il permettra aux passants de se rendre compte de la présence du mystérieux baron… Au travers de la vitre, on peut apercevoir la digue ornée de vasques fleuries, la longue plage de sable fin et l’océan démonté… les vagues s’élèvent de plusieurs mètres avant de s’abattre avec violence, emportant avec elles une gerbe écumeuse… Dans les yeux de Théobald, les vagues déferlent de la même manière alors qu’il se retourne vers l’homme. Son visage fin s’orne d’un sourire discret et sa voix s’impose… aussi douce et agréable soit-elle, le serveur ne peut s’empêcher de frissonner.


« Laissez. Nous préférons profiter de l’intérieur de votre établissement. Du reste, nous avons des siècles pour admirer les coucher de soleil… »

Des tables situées dans de petites alcôves offrent une certaine intimité à ceux qui le désirent et Théobald s’y dirige posément, laissant là le serveur. Il traverse la pièce sans plus un regard pour qui que ce soit, derrière lui le suivent ses fidèles, en silence, attachés au moindre de ses pas. Ils s’installent ainsi dans le fond de la salle, dans une pénombre amoindrie par des abats jours pourpres qui teintent les murs d’une lueur chaude. Les deux femmes aux cheveux lâchés ont des tenues légères qui mettent leurs formes en valeurs. Lorsque le serveur arrive pour leur proposer les cartes, elles éclatent d’un rire sinistre, bientôt suivi par la voix froide de l’un des hommes.

« Bientôt une nouvelle loi entrera en vigueur. Savez-vous quel sera la prochaine boisson inscrite sur tous vos menus? »

Le serveur blêmit alors que le personnage le fixe avec méchanceté, le visage dur et les yeux brillants de haine. Mais Théobald pose sa main glacée sur son épaule dans un geste condescendant. D’un ton léger et moqueur, il rassure le pauvre homme qui tremble en serrant ses cartes dans ses mains.

« Cela arrivera bientôt mon ami. Nous serons patients. En attendant, nous nous contenterons d’alcool. Apportez nous donc une bouteille de votre meilleur champagne. J’offre également les consommations de vos autres clients, voilà la générosité des immortels… »


Le serveur se dépêche de revenir à son bar et de préparer les commandes, les clients sont au nombre d’une vingtaine et il envoie donc son collègue pour passer entre les tables et celui-ci arrive bientôt auprès de celle de Lola et Todd. De là où il est assis, Théobald observe la nuque de cette jeune femme, elle est assise dos à lui et le serveur lui fait face. Il lui fait part avec amabilité de l’offre de son client.

« Le baron de Navarre vous offre vos boissons, c’est vraiment un homme généreux.. »


Mais Todd ne peut réprimer un geste d’impatience et repousse le verre que lui amène le serveur. Le regard de Lola ne lui a pas échappé et la jalousie lui dévore les tripes, il rétorque d’une voix grossière avant de poser son bras autour des épaules de Lola.


« Quoi? Mais on lui a rien demandé à ce type! Qu’il aille se faire foutre! Lola ma belle, si on allait ailleurs, j’aime pas l’allure de ces types, non mais il se prend pour qui celui là, t’as vu comment il te regardait? Allez viens là… »


La rapprochant de lui, il pose ses lèvres contre le cou de la jeune femme dans un baiser humide.

_________________

Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Mar 2009 - 18:15    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

La troupe s’était avancée dans les lieux, telle une cour royale et je les ai observés sans m’en cacher. J’ai croisé le regard de ce M. de Navarre, comme l’a nommé le serveur qui semblait le connaître ou le reconnaitre. J’ai eu l’impression qu’il me transperçait totalement. Les autres clients ont commencé ensuite à reprendre vie quand la troupe s’est installée à une table. Ils étaient derrière moi et je ne pouvais plus les voir à mon grand désespoir. Je me penchait alors vers Todd pour quérir quelques renseignements à voix basse.

- C’est qui ? Tu le sais ?
- Bah.. laisse tomber, ce sont des illuminés !
- Des illuminés ?
- Oui !! Tu sais bien, les médias en parlent tout le temps ces derniers temps.. ils se disent vampires pour attirer les projecteur sur eux !!
- Ah ouai, des vampires ?..
- Ce sont des foutaises Lola, va pas croire ça hein !
- Heu non.. non..


.. même si j’étais totalement fascinée parce que je venais d’apprendre. J’aurai voulu qu’il soit dans mon champ de vision et je ne me voyais pas vraiment me retourner pour l’observer, même si j’en crevais d’envie. Autour de nous les conversations reprenaient peu à peu même si l’ambiance n’était plus tout à fait la même. Je l’entendis cependant commander du champagne au serveur, précisant qu’il offrait la même chose à toute l’assemblée. Il parlait d’une voix haute et claire, une voix princière qu’il voulait porter le plus loin possible.

Les serveurs se mirent aussitôt en quête de sa demande, s’affairant pour sortir le champagne commandé et l’un d’eux se présenta à notre table, posant devant nous deux coupes remplies de cet or pétillant que j’avais eu si peu l’occasion de gouter.


- Le baron de Navarre vous offre vos boissons, c’est vraiment un homme généreux..


J’acquiesçais de la tête à cette dernière remarque, tout en saisissant ma coupe mais Todd, qui ne voyait pas cela de cet œil, s’interposa aussitôt, s’écriant après le serveur.

- Quoi? Mais on lui a rien demandé à ce type! Qu’il aille se faire foutre! Lola ma belle, si on allait ailleurs, j’aime pas l’allure de ces types, non mais il se prend pour qui celui là, t’as vu comment il te regardait? Allez viens là…

Je lui lançais alors un regard désespéré, pour qu’il se taise, cesse ses âneries et calme sa jalousie mal placée, mais il m’attrapa pour me coller à lui et m’embrasser possessivement. Il me dégoutait. Je tentais comme je pouvais de le repousser tout en restant correcte et polie, virant sa main de mon épaule. Je n’avais pas du tout envie de quitter les lieux. Je ne pouvais qu’admettre que j’étais fascinée par ce baron et ne souhaitais qu’une chose : en apprendre plus sur lui.

Mais Todd devenait ingérable, attrapant ma taille pour me forcer à l’embrasser, prouvant ainsi son autorité et sa supériorité vis à vis du monde alentour. Il ne fallait surtout pas que son image de male dominant en prenne un coup, et là, c’était mal parti pour lui vu que je résistais à ses avances. Il m’énervait, m’horripilait et je n’avais plus du tout envie de rester en sa compagnie.


- Arrête Todd !!
- Lola laisse toi faire !!


Je ne pus éviter ce baiser dégoutant qu’il m’imposa, ses lèvres humides souillant les miennes. Je ne sais pas si c’est la présence de cet homme qui changea la donne mais je ne voulais pas lui montrer une telle image de moi. C’était stupide, il ne me connaissait même pas mais je ne pouvais l’expliquer. Toujours était il que je ne voulais plus que Todd me touche alors que cela avait été pourtant le but de cette après midi. Sa jalousie l’avait rendu exécrable et je me débattis de ses bras qui m’encerclaient, lui envoyant à la figue mon verre de champagne avant de me lever.

- Fiche moi la paix !

Les regards s’étaient tournés vers moi et Todd, rouge de honte, me fusillaient. M’étant levée, je pouvais apercevoir ce baron qui semblaient s’amuser de notre situation, un sourire moqueur au coin des lèvres. C’en était trop pour moi et j’attrapais alors mon coupe vent pour déguerpir d’ici. Rentrer chez moi était la meilleure chose à faire.

_________________
Revenir en haut
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Mar 17 Mar 2009 - 18:19    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Une scène de ménage, voyez vous cela… Théobald posait un regard indifférent sur la jeune femme, elle avait jeté son verre a la figure de son compagnon, outrée de son comportement. Lorsqu’elle se leva, se tournant vers lui pour ramasser son coupe-vent, elle pu à nouveau croiser le regard du vampire. Celui-ci sonda son âme, lisant en elle la honte qui la submergeait de se donner ainsi en spectacle, il pouvait ressentir son dégout pour l’homme qui se trouvait à ses cotés mais également la fascination qu’elle éprouvait pour lui-même… Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour pénétrer ce jeune esprit et il s’adressa à elle par télépathie. Il lui inspira une bouffée de réconfort, elle devrait ressentir une sensation diffuse se propager en elle, comme si lui seul pourrait la sauver de tout le mal qui souillait le monde…

*Sortez dehors, belle enfant, je vous rejoindrai.*

Ces quelques mots furent envoyés directement dans l’esprit de la jeune femme, voguant doucement en elle. Théobald était capable s’insuffler l’horreur par sa force mentale et de terroriser les esprits humains jusqu’à les rendre fous. Mais cette fois, il n’usait que de douceur à tel point qu’elle aurait pu croire à un rêve, à une divagation de son esprit. Ainsi fait, il se détourna d’elle, comme s’il ne la voyait plus et posa son attention vers le serveur qui revenait à sa table pour apporter les coupes. Théobald refusa poliment la sienne, et désigna trois de ses compagnons. Des goules en vérité, soumise aux vampires mais encore capable de boire et manger. Il se repaîtrait ensuite de leur sang, si délicatement aromatisé…

« Voulez vous appeler monsieur et le prier de rejoindre notre table. »

Théobald désigna Todd d’un regard et laissa le serveur s’exécuter tandis que ses yeux erraient dans la salle. Il leur avait offert le champagne, comme si ces pauvres gueux pouvaient en savourer la délicatesse, autant offrir des perles aux cochons. Le mépris que Théobald éprouvait vis-à-vis de ces humains ne s’inscrivait pourtant pas sur son visage. Il demeurait silencieux, son regard clair se promenant sur la pièce, il saisissait les expressions de surprise des clients. Un vague sourire errait sur ses lèvres alors que certains le remerciaient timidement d’un signe de la main, son ouïe ultra développée lui permettant d’entendre les propos de ces manants. Ils ignoraient que leurs murmures lui parvenaient aussi clairement que s’il était assis à chacune de leur table, assistant à leurs confidences, à leurs critiques, à leurs doutes, à leur émerveillement... Peut être entendrait-il parler de ce témoin qui l’avait enfoncé dans cette affaire d’accident de voiture…

-« Du champagne français! Hé bien si c’est vraiment un vampire il a quand même du gout! »

Quel idiot d’américain, il n’existe qu’un seul champagne… Ce dont-ils se contentent habituellement n’est que du vulgaire mousseux. Passons aux tables suivantes…

- « Moi je crois pas aux vampires, c’est un mythomane, voilà tout! »
- « En attendant, il est fort bel homme, et si distingué… »


- « J’ai toujours voulu voir un vampire de près! »
- « Non, Georges, il pourrait nous attaquer, c’est un suppôt du diable… »


- « Tu as vu Todd ? Il doit avoir les nerfs! Il a été mêlé à un procès contre le baron. »
- « Non? Raconte moi! »
- « Hé bien, je ne connais pas les détails, il ne m’a rien dit de plus. Mais à voir comment il s’est disputé avec sa copine, ça se voit qu’il est de mauvais poil. »


Parfait. Voilà qui était fort intéressant. Durant ce temps, le serveur avait averti le batard, le chien, qui avait osé témoigner contre lui. C’était donc bien ce Todd… La présence de Théobald le mettait visiblement mal à l’aise et il ne prit même pas la peine de répondre au serveur, rejoignant les toilettes du bar pour se nettoyer. Théobald s’adressa par la pensée à Christa et Nadège, deux de ses goules.

*Christa, suis le, assomme le et fais le sortir par la fenêtre. Toi Nadège va chercher la voiture et rejoins les à l’arrière du bar. Ensuite emmenez le dans la grotte près de la falaise. Je vous y retrouverai*

Il s’adressa ensuite à ses autres compagnons d’une voix douce.

« Je vous laisse messieurs, le temps d’une course. Prenez soin d’apaiser les âmes… »

Les vampires devraient user de leur pouvoir d’hypnose pour apaiser la salle et les distraire tandis que Christa enlevait Todd. Ils le comprirent très bien. La goule blonde se leva en premier, rejoignant l’humain aux toilettes. Ensuite Théobald et Nadège traversèrent la salle, au grand désarroi du serveur, déçu de voir la star les quitter déjà… Une fois dehors, Nadège se sépara de Théobald pour aller chercher la limousine et Théobald se retrouva seul sur la digue, à la recherche de l’humaine revêtue de son petit coupe-vent…
_________________

Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Sam 21 Mar 2009 - 16:03    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

J’allais enfiler mon coupe vent quand je croisais à nouveau le regard du baron. J’en fut comme.. pétrifiée. Enfin non, ce n’était pas vraiment le terme.. plutôt.. éblouie ou troublée.. L’espace d’un instant, tout autour de moi disparut pour n’être qu’attirée par le regard de cet homme. Une chaleur merveilleuse m’envahit alors, un sentiment de confiance, de bien être.. je me sentais si bien, comme une impression de flottement si bien que tout ce qu’il pouvait se passait autour de moi m’était totalement indifférent, je ne voyais plus rien à part lui. Je sentais qu’il fallait que je sorte, cette idée s’imposait à moi et cela devenait vital, même si je ne comprenais pas pourquoi. Je devais sortir et attendre, surtout ne pas rentrer chez moi.

Le charme se brisa quand on me tira vivement par la manche et la réalité reprit alors ses droits. Les conversations autour de moi regagnèrent en ampleur, comme si on avait soudain monté le volume sonore de la télévision. Les détails du décor se rematérialisèrent devant mes yeux, la clarté qui m’avait habité alors disparaissant pour laisser les couleurs chaudes et boisées reprendre leur place d’origine. Je ne sais pas combien de temps ce trouble m’habita mais j’ai eu l’impression qu’il dura de longues minutes bien qu’en réalité, cette absence ne m’avait traversé que quelques secondes surement. Personne autour de moi ne semblait s’être aperçu de mon état, personne ne s’intéressait à ce que je faisais, debout, plantée sans bouger au milieu de la salle. Même le baron ne me regardait plus, tourné vers ses convives avec lesquels il s’entretenait.


- Lolaaa !! Punaise tu m’entends oui ou non ?!!

Je me tournais lentement vers Todd qui s’égosillait sur moi tout en retenant sa voix dans un murmure appuyé pour ne pas troubler l’ordre une nouvelle fois. Le regard furibond, il me dévisageait sans comprendre.

- Ah enfin !! Tu redescends sur terre !!

Je restais interdite face à lui, ce qu’il pouvait dire ne m’effleurait même pas et sans attendre je terminais d’enfiler mon coupe vent, lui tournant le dos pour me diriger vers la sortie sans me retourner, décidée d’en finir enfin avec lui.

- Lola.. attends !! Reviens.. je..

Sa voix se perdit quand la porte se referma derrière moi et je ne me retournais pas, fixant l’horizon tout en inspirant longuement une bonne bouffée d’air frais. Le visage du baron m’apparut une nouvelle fois devant les yeux et je ne cessais de penser à ce qu’il venait de se passer. J’avais rêvé ou pas ? Peut être mon imagination débordante.. ma fatigue de ces derniers jours.. mon manque de sommeil aussi.. ou peut être un reste de ma petite escapade au royaume des hallucinations qui ne m’avait pourtant pas fait autant d’effet que je l’aurai souhaité. J’entendais déjà Tara me faire ses remontrances, que j’allais trop loin, que ça finirait mal un jour ou l’autre.

Glissant les mains dans les poches de mon coupe vent, je m’avançais vers la plage, descendant les quelques marches qui permettaient de gagner le sable. Le temps s’était un peu levé, il ne pleuvait plus mais des gros nuages gris obscurcissaient encore le soleil si bien que le fond de l’air était toujours frais. Je me sentais seule, terriblement seule en cet instant et pourtant je n’arrivais pas à m’en aller. Je fis quelques pas sur le sable pour gagner une bande de rocher sur lesquels je m’assis tout en continuant mon observation silencieuse des vagues qui venaient s’échouer immanquablement sur la plage sans jamais arriver à aller plus loin que là où elles n’avaient cessé d’aller jusqu’à présent.

Je sentis alors quelque chose me frôler et en me retournant je découvris un petit chien blanc qui me reniflait. C’était une sorte de fox ou je ne sais quoi mais je n’y connais rien en chien. Jetant un regard alentour, je ne vis personne sensé l’accompagner. Peut être s’était il échappé ou alors avait il l’habitude de venir tout seul ici ? Je n’aurai su le dire. Je sorti ma main pour le caresser. Il se montra méfiant un instant, me reniflant avec précision avant de décider que je pouvais le toucher et se laissa caresser docilement.


- Et bien toi.. d’où tu viens ? T’es perdu dis ?

Bien sur, je n’avais pas de réponse à attendre et ma main glissa dans son poil soyeux, remontant jusqu’au cou où je sentis un collier que je découvris en soulevant quelques mèches. Un joli collier rouge, en bon état, signe qu’il n’était pas abandonné, du moins je ne le pensais pas. Un médaillon pendait et quand je l’attrapais, je découvrir que mon compagnon d’infortune se prénommait « Rox ». Je lui ébouriffais la tête avant de me lever, attrapant un bâton qui trainait là.

- Alors Rox, tu veux jouer ?!!

Je lui lançais alors le bâton sur la plage, bâton après lequel il parti en courant comme un bolide.
_________________
Revenir en haut
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Mer 1 Avr 2009 - 16:45    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

*Va, Christa…*

Les cheveux blonds de la jeune femme lui arrivaient jusqu’aux reins, son corps aux formes généreuses était moulé dans une longue robe noire et, tandis qu’elle marchait, ses déhanchements provocants attiraient les regards sur elle. Elle passa la double porte qui menait aux lieux d’aisances et poussa celle des toilettes pour hommes. Todd était occupé à faire sécher sa chemise à l’aide du ventilateur à air chaud et leva un regard surpris vers elle. Christa se contenta d’un sourire charmant, posant son doigt sur ses lèvres vermeilles avant de s’approcher de Todd et de glisser sa main sur sa nuque.

« Waw! Moi qui croyait que ce genre de truc n’arrivait que dans les films… »

Christa laissa échapper un petit rire alors que ses ongles vernis pénétraient la peau de l’humain, affirmant sa prise. Ce dernier n’eut pas le temps de protester. En un geste brutal, la goule frappa la tête de l’homme contre le bord de l’évier et il s’écroula au sol, inanimé. Elle s’approcha alors de la fenêtre qui donnait sur une petite ruelle déserte et l’ouvrit en grand. Ensuite, elle souleva Todd avec une facilité impressionnante malgré le poids de ce dernier et passa son corps à travers la fenêtre, le faisant tomber sur le trottoir. Enjambant le rebord à son tour, elle se retrouva à ses coté, ne restait plus qu’à attendre…

*Va, Nadège…*

La brune portait une robe ultra courte en soie et satin rouge mettant en valeur ses longues jambes fuselées. Plus fine que sa compagne, ses courbes étaient pourtant mises en valeur par les effet de transparence de sa robe et ses cheveux châtains ondulaient sur son dos avec grâce. Elle se tourna vers Théobald pour le contempler de son regard de braise alors qu’il s’éloignait de son coté, elle savait qu’elle ne devait poser aucune question, juste obéir… Alors elle rejoignit le parking situé un peu plus loin, sortit sa clefs de son sac à main doré et ouvrit la limousine.

Une fois au volant, elle s’engagea dans la rue qui menait derrière la digue et repéra l’arrière du bar où devait l’attendre Christa. En effet, celle-ci était déjà là avec le corps de Todd… Elles se dépêchèrent de le placer dans le coffre sans que personne ne se soit aperçu de cet enlèvement. La limousine silencieuse redémarra et s’éloigna de la digue pour rejoindre la route qui menait aux falaises… Les succubes se regardèrent en souriant, elles avaient faim, tellement faim…

Théobald s’avança sur la digue d’une démarche tranquille, les mains dans les poches, comme un simple promeneur qui goutait à l’air pur. Le vent du large amenait le parfum des marées mais parmi ces différentes effluves, il retrouvait celui de l’humaine… Portant son regard vers la plage de sable fin, il aperçu une silhouette près des rochers, sa vue aiguisée lui permettant de reconnaître sa cible. Un léger sourire s’inscrivit sur ses lèvres pâles et il se dirigea vers les petits escaliers qui descendaient vers le sable. Le vent jouait dans ses cheveux courts, au dessus de lui le ciel était rosâtre, les derniers rayons du soleil couchant dansaient sur les flots bleus. La jeune humaine s’amusait avec un chien, si innocemment, elle ne s’était pas éloignée, comme il le lui avait demandé.

Tout était si calme et paisible, seul le chant des mouettes et le léger roulement des vagues berçaient l’atmosphère. Et les couleurs douces du coucher de soleil se posaient sur sa peau pâle sans l’agresser, le parant d’un voile doré. Nul autre promeneur ne se trouvait alentour, ils étaient seuls, le chien courait autour d’eux, jouant dans les vagues et mordillant le bâton que la jeune femme lui avait lancé. Théobald sourit à l’humaine et lui tendit la main dans une invitation à le rejoindre, il la caressait de son regard clair, lui inspirant confiance et apaisement.


« Il est bien plus agréable de contempler le coucher de soleil d’ici, ne pensez vous pas? Il y avait bien longtemps que je n’avais eu l’occasion de me promener le long de la plage… M’offrirez vous votre compagnie, mademoiselle…? »

Sa voix était douce et se mêlait au chant de la mer, un léger questionnement dans le timbre de sa voix laissait entendre qu’il désirait savoir son prénom et il attendit qu’elle le lui offre, la laissant choisir de se rapprocher de lui de ces quelques pas qui les séparaient encore. Il devait l’interroger, savoir si elle aussi avait été payée par les djinn pour témoigner contre lui. Elle accompagnait Todd et devait être au courant de choses qui le touchaient…. Il insuffla une nouvelle fois ses pensées en elle, laissant pénétrer un souffle aussi léger qu’une musique, enivrant autant que provoquant.

*Vos lèvres sont-elles aussi délicieuses qu’elles en ont l’air? *
_________________

Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Sam 11 Avr 2009 - 18:38    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Rox s’avéra être un partenaire de jeu incroyable. Je lui lançais le bâton et il me le ramenait en moins de deux, fonçant comme une fusée sur le sable, dans les vagues pour me rapporter ce trophée dont il semblait si fier. Il avait une énergie à revendre et ne se lassait jamais d’une nouvelle partie que je ne pouvais lui refuser.

Cette fois ci, j’avais lancé le bâton très loin et le vent m’ayant aidé, il se retrouva à plus d’une dizaine de mètres. Je décidais de m’assoir sur les rochers en attendant le retour de Rox, mon regard se perdant une nouvelle fois dans le jeu des vagues. J’aimais sentir le vent marin courir sur ma peau, ce vent presque salé, caressant et envoutant. Quand Rox revint, il posa le bâton à terre et se blottit en boule à mes pieds. Un peu de repos était nécessaire, le pauvre, il avait tellement couru. Machinalement, ma main glissa dans ses poils à présent mouillés et plein de sable. Ses maitres allaient le retrouver dans un état lamentable quand il rentrerait chez lui, mais je supposais qu’il était habitué à venir sur la plage.

Soudain, il redressa la truffe, fixant un point derrière moi et lâcha un couinement qui m’inquiéta. Puis en se levant d’un bond, il s’enfuit sur la plage comme s’il avait reçu un ordre. Cela m’attrista de le voir partir si vite et je me levais aussi pour en comprendre les raisons. Lorsque je me retournais, je ne fus pourtant pas étonnée de découvrir le baron tout près, qui me tendait la main dans une invitation à le rejoindre. Je n’en éprouvais aucune crainte, au contraire, une certaine confiance m’enveloppait. J’en oubliais aussitôt le chien pour ne voir que lui, cet homme qui m’adressa ses premiers mots avec une voix si douce et envoutante, une voix irrésistible dont on ne se lasserait pas d’écouter la mélodie.

Le vent faisait voler mes cheveux devant mon visage si bien que je dus replacer une mèche derrière mon oreille pour me permettre de mieux le voir. Il était si majestueux que j’en tremblais un peu. Non pas de peur, oh non !! Mais j’étais totalement troublée par sa présence à mes cotés, alors qu’il m’invitait tout simplement à une ballade en sa compagnie et je répondit sans reflechir alors que ses paroles m'inciter à me présenter.


- Lola.. et je ..

J’étais si troublée que je n’arrivais même pas à aligner deux mots. Mon esprit semblait engourdi, comme du coton alors que mon regard restait accroché à cet homme. Cela en devenait gênant, surement autant pour lui que pour moi, mais je n’arrivais pas à lutter contre ça. J’inspirais alors une bouffée d’air frais pour me remettre les idées en place, m’éclaircissant la voix pour rendre mes paroles audibles et je m’avançais vers lui.

- Je m’appelle Lola Andrews et je serai ravie de vous accompagner Monsieur de Navarre..

Je réalisais la gaffe. Peut être fallait-il l’appeler par son titre ? Ou les deux ? Je ne savais pas et je me tortillais sur place, mes doigts s’entrelaçant nerveusement.

- Enfin, Monsieur le Baron..

Je n’eu pas vraiment l’occasion d’y réfléchir plus longuement car une image s’imposa à moi, une image terriblement sensuelle qui n’était même pas permis d’avoir et je m’étonnais moi-même d’avoir de telles pensées mais il était si affreusement délicieux d’y succomber. Ma vue se troubla pour laisser place à une vision de nos lèvres soudées qui se dégustaient dans un baiser enivrant. J’en frémis toute entière, fermant les yeux, me mordant la lèvre alors que mon cœur s’accélérait tellement l’intensité de cette chimère me troubla. Je devais avoir l’air godiche et stupide devant lui mais je n’arrivais pas à chasser cette hallucination de mon esprit.

Quand les effets s’estompèrent, je réalisais qu’il me fixait toujours, un sourire étirant ses lèvres.. lèvres que je détaillais une nouvelle fois, identiques à celles de ma vision, me faisant alors monter le rouge aux joues.

_________________
Revenir en haut
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Lun 27 Avr 2009 - 18:59    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Face à la gêne de la jeune femme, Théobald conserve un visage serein, son assurance ne souffre d’aucun trouble alors qu’il l’observe, un sourire poli aux bord des lèvres. Malgré son apparente jeunesse, l’aisance dont il fait preuve renvoie une impression de stabilité, il possède cette confiance qui rassure et qui donne envie de se reposer sur lui. L’hésitation et le trouble de la jeune femme lui sont parfaitement visibles, toutefois il ne les relève pas, se contentant de ce sourire énigmatique, il s’approprie ses pensées et savoure l’innocence qui se dégage d’elle, cette timidité est si ravissante… Toutefois il ne se laissera pas émouvoir, la pitié ne réside pas en son cœur noir pas plus que la compassion. Il s’incline légèrement lorsqu’elle lui offre son nom, reprenant du même ton, enjôleur et caressant.

« Enchanté Mademoiselle Andrews… Mais laissons de coté mon titre, voulez vous? Je suis parfois bien las des mondanités, de tout ce coté si formel et rigide … Voulez vous me faire une faveur?»

Il s’interrompt un instant, l’image qui se dessine dans l’esprit de la jeune femme vient de lui apparaître, il a donc réussit à éveiller le désir chez elle et son regard se fait plus intense, alors que son sourire devient plus franc. Il ne dit rien de sa faculté à lire en elle, bien évidemment, et pourtant l’expression espiègle qui brille dans ses yeux peut la renseigner… Il aime jouer avec cette incertitude, accentuer la gêne qu’elle ressent, ses joues rouges sont si charmantes… Enfin il saisit sa main avec douceur, la laissant apprécier la froideur de ses doigts contre sa paume. Il a remarqué la manière dont elle le fixe et il s’humecte légèrement les lèvres, par réflexe. Son regard clair ne quitte pas celui de Lola alors qu’il poursuit.

« Permettez moi de vous appeler Lola, et nommez moi Théobald, c’est mon prénom. »

Le baron reste un instant immobile, tenant toujours la main de la jeune femme dans la sienne, il entend clairement les battement de son cœur qui s’accélèrent, elle parait si délicate et fragile… Toutefois, il ne doit pas perdre de vue son but premier, il doit l’interroger sur son compagnon et savoir tout de ce qu’elle sait sur Todd. Pourtant, il ne peut lire ses souvenirs si elle n'y songe pas, il n’est capable que de lire les pensées qui passent dans son esprit au moment où il se trouve auprès d’elle, aussi devra-t-il trouver un moyen d’amener la conversation sur ce malotru. Il entraîne la jeune femme avec douceur, l’incitant à marcher à ses cotés, la lumière diffuse du soleil les précède et le cadre est idyllique pour une rencontre des plus romantique.

Il poursuit alors, conservant cette tonalité si chaleureuse dans sa voix, un léger accent français vient habiller ses mots dans un anglais pourtant impeccable et châtié, digne de sa noblesse.


« Puisque vous connaissez mon nom et mon titre, je suppose que vous êtes également au courant de mon statut… »

Dit-il, laissant son regard errer vers l’horizon, les flots lointains où le soleil va se perdre… Il laisse un léger silence s’installer, marchant d’un pas tranquille, sa main tenant légèrement celle de Lola, la serrant à peine.

« Je pense préférable d’en parler ouvertement, je m’en voudrais de vous effrayer, Lola… Les gens parlent beaucoup de mes semblables en ce moment et j’imagine qu’il n’en disent pas que du bien, malheureusement, nous ne bénéficions pas toujours d‘une image favorable… »

Une légère amertume perce dans ses mots, Théobald sait parfaitement jouer la comédie et feindre cette douce tristesse avec la pudeur qui sied à son éducation. A la suite de ses paroles, sa main se serre un peu plus fort alors que son regard d’un bleu pur revient vers elle, comme si soudainement, il avait besoin de sincérité plus que tout autre chose…

« Toutefois, j’aimerais votre franchise, si vous éprouvez de la méfiance envers moi, je le comprendrais… et je pourrai dans ce cas apaiser vos craintes…»
_________________

Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Mer 29 Avr 2009 - 09:46    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Mon regard ne cessa de le dévisager, sans retenue, bien que loin de moi fut l’idée de me montrer incorrecte ou impolie. Il ne semblait pas s’en offusquer, au contraire, jouant lui aussi ce jeu et sa voix monta comme une douce mélodie, répondant à ces convenances de rigueur bien que les titres et les civilités devaient être oubliées, il le souhaitait et j’acquiesçais timidement sans pouvoir sortir un mot de ma gorge nouée par l’émotion, émotion qui se trouva encore accentuée quand il prit ma main. Ses doigts si doux, délicats, mais si froids aussi, m’arrachèrent un frisson délicieux malgré le fait qu’il avait saisi ma main insensible. J’en étais doublement troublée, c’était bien la première fois que cela m’arrivait.

Incrédule je baissais un instant les yeux sur nos mains liées, c’était tout simplement époustouflant pour moi de ressentir les moindres contacts de ses doigts sur ma peau, le toucher délicat qu’il m’apportait, la douceur incroyable que je pouvais ressentir, une touche sensuelle qui m’envouta totalement, alors qu’il m’apprenait son prénom, me demandant de le nommer ainsi. Théobald.. quel prénom délicieux, sorti tout droit d’un livre de conte, tout comme ce comte aux allures romanesques et intemporelles. Je rêvais, cela ne pouvait être autrement et je remontais les yeux sur lui, subjuguée alors par son sourire dévastateur qui fit accélérer les battements de mon cœur.

Je me demandais si le temps ne s’était pas arrêté durant ces brefs moments parce que plus rien n’existait à mes yeux. Je ne voyais que lui comme s’il avait été l’unique être de ma piètre existence. Le tableau que nous formions devait, par contre, être totalement désaccordé pour quiconque aurait assisté à cette scène. Un comte aux allures chevaleresques, accompagné d’une simple fille vêtue d’un coupe-vent et que le vent et la pluie avaient décoiffé.. mais je n’y songeais pas, loin de là et peu m’importait ces détails totalement insignifiants.

Il m’entraina sur la plage, d’un pas lent, galant, m’invitant à le suivre sans jamais lâcher ma main où mes doigts se resserrèrent quelque peu autour des siens sans pour autant se montrer insistants. Ne pas perdre le contact, c’est tout ce qui m’importait.. ce contact enchanteur que lui seul avait su réveiller dans mes chairs endormies. Il reprit la parole, abordant le sujet délicat de sa condition. A l’heure actuelle, je n’en doutais plus. Je savais qui il était, ce qu’il était, même si son histoire semblait sortie tout droit d’un film fantastique. Tout ce que j’avais pu entendre ou lire dernièrement n’avait en rien égalé à cette réalité qui se tenait devant moi aujourd’hui. Bien sur, je connaissais les histoires, j’avais vu les films aussi.. Dracula et tout le reste mais tout ceci me paraissait si fade comparé à Théobald. Il avait un charisme incroyable auquel j’étais consciente de ne pas pouvoir résister. Mais je ne voulais pas résister, je voulais que cela dure le plus longtemps possible. Marcher à ses cotés sur cette plage, toucher sa main si séduisante était un délice sans nom comme je n’avais jamais connu sur cette terre.

Sa voix me sortit de mes pensées qui se tournèrent à nouveau vers lui. Cette « absence » n’avait duré que quelques secondes, du moins, je l’espérais, tout comme le fait de n’avoir rien perdu de notre conversation, bien que pour l’instant, lui seul parlait. Il craignait de m’effrayer mais cela n’était pas le cas. C’en était même incroyable tellement la confiance que je lui portais était inaltérable. Notre marche s’arrêta quand il se tourna vers moi et je remontais les yeux sur lui, plongeant dans les siens sans retenue, murmurant dans un souffle.


- Je n’ai pas peur..

Et je ne mentais pas. Je n’étais pas capable de lui mentir de toute façon. Ses doigts se resserrèrent autour des miens et je fis de même en m’avançant face à lui, hypnotisée c’était le cas par ses prunelles ensorceleuses.

- Je sais ce que vous êtes.. Je ne le quittais pas des yeux une seconde alors que mon pouls s’accélérait soudainement, osant prononcer ce mot. ..un vampire.. mais je n’ai pas peur Théobald.. je n’ai pas peur de vous..
_________________
Revenir en haut
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Jeu 7 Mai 2009 - 23:54    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Leurs regards plongent l’un dans l’autre et derrière eux, le chant des vagues berce cet échange pour une minute parfaite. C’est l’innocence et la sincérité la plus pure qui illuminent les iris de Lola, cette douce et charmante jeune femme, alors qu’elle fait cet aveux d’une voix intimidée. Elle connait son statut, elle parvient même à prononcer ce mot encore tabou pour bon nombre de personnes… Un vampire… Et elle n’a pas peur, elle le répète comme si elle craignait qu’il s’éloigne, comme si elle voulait l’assurer qu’elle désirait sa présence plus que tout…Théobald lit les pensées qui voguent en elle et saisit cette profonde candeur, cette confiance qu’elle lui témoigne, elle ne ment pas, seule la timidité vient tempérer ses mots…

Un léger sourire vint égayer le visage grave de l’immortel, le délestant de cette tristesse qui le recouvrait, ses prunelles luisent dans l’obscurité tel l’effet d’un charme magique et il ferme un bref instant ses paupières, comme si cet annonce lui enlevait un poids trop lourd à porter. Doucement, dans un geste délicat, il amène vers lui la main qu’il tient dans la sienne, et la porte à ses lèvres pour y poser un chaste baiser. Il garde un instant ce contact sur sa peau froide, savourant la tiédeur de celle de Lola, les yeux toujours clos. Son parfum est si agréable…

Lorsqu’il rouvre les yeux, ses iris d'azur ne renvoient qu’une infinie pureté, la grâce de ses traits, sa peau si claire et parfaite renforçant encore son aspect angélique. Les doigts fins de l’aristocrate ne lâchent pas ceux de la jeune femme alors qu’il effleure doucement sa joue de l’autre, étudiant son visage avec l’attention la plus marquée, comme s’il voulait graver dans sa mémoire les moindre détails de ses traits, de sa peau, chaque étincelle qui brille dans ses yeux et les garder en lui pour l’éternité… Il reprend alors de sa voix douce, tout en profitant de ce parfum d’innocence qu’elle dégage…


« Je vous crois, Lola… Vous n’êtes pas comme les autres, je le sais. Vous savez, c’est si rare d’être accepté, et d’autant plus précieux… Je suis en ce moment submergé par des problèmes assez graves, mes soucis m’oppressent et votre présence si apaisante est un baume pour moi... »

A présent le soleil n’est plus qu’un mince croissant à l’horizon et la plage se recouvre d’un voile sombre. Le ciel est partagé entre le clair et l’obscur et le vent venant du large se fait plus vivifiant. Il vient voler dans les cheveux de la jeune femme, portant sur elle les odeurs fraiches de la mer… Mais le baron offre un rempart de son corps à ce vent glacé, il la garde contre lui, passant ses bras autour d’elle avant d’approcher doucement son visage comme s’il allait l’embrasser… Toutefois un bruit vient l’interrompre et il s’écarte pour lancer son regard clair par-dessus l’épaule de Lola. Ce sont les jappements du chien, ils sont éloignés mais malgré le bruit des vagues, ils sont bien perceptibles pour l’ouïe d’un immortel. Un peu plus loin, au bout de la plage de sable fin, se trouvent des rochers qui offrent bon nombre de cachettes et d’endroits discrets. C’est de là bas que semblent provenir les aboiements et si Théobald y prête attention c’est qu’il décèle dans ces cris, un danger… Toutefois, il n’a guère le temps de s’en préoccuper, il reprend alors après un bref silence.

« Il fait bien froid tout à coup avec ce vent… Peut être désirez vous poursuivre la promenade un peu plus haut sur la plage… »

Il entoure Lola de son bras, et l’incite à reprendre sa marche, un peu songeur, se dirigeant à l’opposé de ces rochers, vers la digue... Mais à présent, l’oreille humaine peut également entendre ces jappements plaintifs, des cris de peur, de douleur, très nettement marqués… L’animal a peur ou il a mal, sans doute une personne malveillante est-elle en train de le blesser mais à quoi bon perdre son temps pour un animal… Théobald laisse ses pensées s’immiscer à nouveau dans l’esprit de Lola…

*Je l’ai remarqué dès que j’ai posé les yeux sur vous dans ce bar… Je sais que c’est étrange mais un lien s’est formé entre nous, l’avez-vous senti vous aussi? Cela fait partie des mystère de ce monde, cette magie qui permet de lire l’aura… et la votre est si lumineuse… Alors vous ne pouvez que comprendre, vous sentir proche de ce monde des ténèbres auquel j’appartiens… Me laisserez vous être proche de vous ou appartenez vous déjà à un autre homme? Quel est celui qui occupe vos pensées, Lola?*
_________________

Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Mai 2009 - 17:46    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Je ne pouvais me détacher de lui, suivant des yeux ma main qu’il amena à ses lèvres, l’effleurant si délicatement que j’en eu un frisson délicieux. Il semblait si serein à présent, comme si mes mots l’avaient apaisé bien que je savais au fond de moi qu’un tel être avait du traverser tant d’abominations durant sa longue vie que j’étais surement bien loin de tout ce qui pouvait se tramer dans son esprit et il était fort peu probable que mes simples mots d’humaine puissent apaiser ses souffrances. Mais ses doigts filèrent sur ma joue, me troublant d’avantage, effaçant de mon esprit ces maigres doutes pour ne laisser de l’extase de ce contact affreusement délicieux m’éblouir les sens.

Sa voix presque angélique était une musique qui monta à mes oreilles. Il me croyait et c’était ce qui importait le plus à mes yeux. Pour lui j’étais différente et unique et ce sentiment d’exister à ses yeux me rendit complètement avide de lui. Pour une fois dans ma vie, j’avais le sentiment d’être utile à quelqu’un, de lui être bénéfique et précieuse. Je lui souris pour toute réponse, ne bougeant pas pour ne pas briser ce charme captivant.

Je le vis alors se rapprocher de moi, m’enlacer contre lui, dans sa froideur chavirante et j’en soupirais d’aise tout en me laissant aller contre son corps dur et froid. J’étais subjuguée, il n’y avait pas d’autre mot. Il me proposait une promenade plus haut sur la plage pour palier au vent qui venait de se lever plus fort mais que je ne remarquais même pas, toute mon attention n’était focalisée que sur sa personne.


- Où vous voudrez, j’en serai ravie..

Où il voulait du moment qu’il ne me laissait pas et je me serrais un peu plus contre lui tandis qu’il amorçait notre marche pour remonter sur la plage. Mais un cri me fit sursauter.. enfin non, un aboiement que je reconnus de suite. Le petit chien qui était là sur la plage un peu plus tôt et avec lequel j’avais joué, c’était lui qui aboyait et son cri semblait si.. effrayé que je me retournais vivement pour le chercher du regard. Mais le baron m’entraina de nouveau, avec cette délicatesse qui lui était propre et son bras autour de moi apaisa aussitôt cette angoisse.

Un nouveau hurlement du chien me crispa d’effroi tellement son aboiement semblait rempli de terreur. Je me retournais de nouveau en direction de cet appel, cherchant à discerner sur les falaises où il pouvait bien se cacher mais l’aura du baron reprit son emprise sur moi, me faisant oublier sur l’instant ce chien alors que des images troublantes envahissaient de nouveau mon esprit, me projetant dans ce bar où j’étais venue accompagnée de.. je ne savais même plus son nom et je m’en fichais, il n’était rien pour moi. Je me revis croisant le regard du baron pour la première fois et ressentir de nouveau le trouble qui m’avait foudroyé alors. Il était clair qu’un lien nous unissait, un lien dont je ne comprenais pas le sens, ni même la destiné, un lien que jamais personne n’avait provoqué chez moi.

Pour la première fois de ma vie, j’avais le sentiment d’appartenir à quelqu’un, d’être quelqu’un, quelqu’un d’important et pas l’ombre d’une autre comme cela avait toujours été le cas. D’ailleurs ma sœur était bien loin de mes pensées je dois dire. Nous marchions l’un contre l’autre sur cette plage, le vent nous laissant seuls au monde, comme s’il avait senti qu’il était de trop et je me permis de laisser ma tête s’appuyer contre son épaule, m’immergeant totalement dans l’emprise de son bras autour de moi, le mien l’enlaçant par la taille, oubliant certes les convenances mais je ne réfléchissais plus, laissant juste mes désirs parler.

_________________
Revenir en haut
Theobald de Navarre
Vampire

Hors ligne

Inscrit le: 11 Fév 2009
Messages: 728
Localisation: Non loin de sa lame

MessagePosté le: Lun 8 Juin 2009 - 19:50    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

Le corps tiède de Lola contre lui, Théobald l’entraine loin des rochers, il est évident pour lui à présent qu’un autre immortel se tient tapi non loin de là… Cette aura est emportée par la brise, cette odeur caractéristique vogue sur le vent marin et il ne peut faire autrement que de la reconnaître. Elle est si différente de celle des humains… plus fine et délicate, beaucoup plus difficile à discerner… Toutefois à l’âge avancé du baron, il lui est aisé de déceler ces signes infimes d’une présence surnaturelle et il ne désire pas que cet inconnu saborde ses plans. Encore une fois, les cris de douleur du chien se font entendre et la jeune femme se raidit, son visage se teinte d’inquiétude alors qu’elle le cherche des yeux… Mais il est bien caché et elle ne peut apercevoir cette pauvre bête en train de mourir…

« Nous ne pouvons rien faire pour lui… son destin s‘achève ce soir. Avez-vous peur?»

Théobald lit dans son esprit à quel point elle se sent en sécurité auprès de lui, douce innocence… elle sait de quoi lui-même se nourrit… Mais elle ne se doute pas de la cruauté de ce cœur noir, derrière ce visage d’ange. Pourtant, en cet instant, elle ne se trompe pas, elle n’a rien à craindre du mystérieux baron. Celui-ci conserve ses manières de gentleman et son allure posée et tandis qu’ils s’éloignent des rochers, il sonde les pensées de Lola…

Qui est l’homme a qui elle appartient? La question est posée directement dans son esprit et à présent, Théobald saisit les images qui s’imposent à elle. Peut être le visage de cet homme, ce traître, Todd, lui viendraient en tête… Mais celui-ci n’apparait que fugacement pour être très vite balayé… c’est donc à cela qu’elle pense, à lui et uniquement à lui… un mince sourire s’inscrit sur les lèvres du baron alors qu’il s’aperçoit à quel point elle est déjà prisonnière de son charme… Donc, Lola ne sait rien, elle se souvient déjà à peine du prénom de l’humain qu’elle a accompagné dans ce bar. Toutes ses pensées sont tournées vers cet immortel dont elle vient de faire la connaissance, elle n’a pas peur de lui, elle n’éprouve aucune répulsion… C’en est presque étrange à quel point… Elle sait pourtant qu’il est un prédateur, qu’il se nourrit de sang chaud, prélevé vivant sur ses victimes, existe-t-il sur terre chose plus effrayante qu’un tel être? Mais elle l’enlace, elle s’appuie contre lui, comme s’il était un pilier solide et rassurant. C’est bien l’impression qu’il donne, même son regard est d’une douceur exquise… est-elle si naïve? Ces questions le trouble légèrement mais il doit revenir à sa préoccupation première : l’enquête qui l’a mené jusque là.


« Venez, ma chère, remontons vers la digue, mieux vaut vous épargner un tel spectacle… C‘est fini déjà.»

En effet, les jappements plaintifs se sont interrompus pour laisser la seule place au chant des vagues. L’ombre d’un pauvre ère, un vampire vagabond se nourrissant exclusivement d’animaux, s’échappe de derrière les rocher, avant de filer, plus vite que le vent, rejoindre la grotte qui l’abrite un peu plus loin. Le mépris inonde le cœur du baron vis-à-vis de ces êtres pitoyables, toutefois, il n’en montre rien. Théobald insuffle l’apaisement dans le cœur de Lola et la garde dans la protection de ses bras jusqu‘à la disparition de l‘ombre…

« Lola… »

Il s’arrête auprès des marches qui mènent à la digue, se détachant doucement d’elle. Leurs regards se croisent une fois encore, il sait à présent qu’elle ne mentira pas, elle semble prête à le suivre où il voudra… ce désir qu’elle ressent pour lui s’exprime dans ses pensées mais aussi dans sa posture malgré sa timidité… Théobald saisit alors le visage de Lola entre ses mains avec délicatesse, ses paumes caressant ses joues tièdes et la regarde avec gravité, comme hésitant devant une chose interdite.

« … je voudrais rester encore auprès de vous, mais je ne peux pas.»

Une certaine déception teinte sa voix, elle ne lui apprendra rien et il est temps de rejoindre ses succubes qui ont déjà préparé Todd pour son interrogatoire. L’idée du sang qui coulera ce soir est apaisante… Il va donc délaisser à regret cette proie si intéressante, il n’a pas le temps ce soir de s’occuper d’elle…

« Comme je vous l’ai confié, j’ai des problèmes à résoudre et je suis donc obligé de prendre congé… »

Il s'approche d'elle, sa voix est murmurée et ses lèvres rejoignent enfin les siennes, dans un chaste baiser, à peine effleuré... Toutefois Théobald s’interrompt. Il le sent encore, cette aura, celle du vampire errant de la plage. Il n’est pas parti, il est là, non loin d’eux, caché quelque part, peut être derrière ces barques posées sur le sable, et il les observe. Alors, peut être que le sang de ce chien n’a pas été suffisant pour lui. Si le baron laisse Lola seule sur la plage, il y a fort à craindre qu’elle ne subisse une attaque… Allons, le cœur noir de Théobald cèderait-il à la compassion? Certes non. Toutefois, il lui serait désagréable qu’un autre se délecte de la proie qu’il s’est trouvée, même s’il n’a pas le temps d’en profiter ce soir…

« Non, ce n’est pas une heure pour laisser une femme seule. Permettez moi de vous raccompagner jusque chez vous. J’aurai également une dernière requête, celle de vous revoir un soir prochain… »
_________________

Revenir en haut
Lola Andrews
Humain

Hors ligne

Inscrit le: 02 Mar 2009
Messages: 382
Localisation: Seattle
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Juin 2009 - 10:28    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola] Répondre en citant

J’oubliais déjà ce chien, mon esprit totalement envouté par ses mots, sa voix et son charisme incroyable. Cela ne me ressemblait pas pourtant, d’ordinaire je n’aurai pu tolérer laisser un animal en danger. Mais là, contre lui, dans ses bras, j’étais dans un autre monde. Il m’invita à quitter les lieux pour repartir vers la digue et j’acquiesçais lentement, buvant ses mots comme un élixir, suivant ses pas dans lesquels je posais les miens. Je l’aurai suivi au bout du monde comme cela.

Seulement il s’arrêta devant les marches, s’écartant de moi et un éclair de panique me foudroya. Je ne comprenais plus et mon cœur s’affola. Pourquoi faisait-il cela ? Il ne voulait plus de moi ? Pour m’apaiser, ses mains se glissèrent à mes joues, si fraiches, si délicates, calmant sur le champ mes peurs et je restais accrochée à ses yeux, cherchant une réponse à tout ceci. Machinalement je glissais ma joue dans l’une de ses paumes, comme un animal qui cherche une caresse, relevant sur lui des yeux implorant alors qu’il m’annonçait d’une voix grave qu’il devait partir.

Non !! Non non !! Je ne voulais pas, je ne pouvais pas le quitter, pas déjà !! Une boule se forma dans ma gorge à ses mots et un léger couinement s’échappa de mes lèvres mais ses mains apaisantes se firent cajolantes, glissant sur mes joues qu’il attira plus prés de lui, me permettant de me perdre dans son regard envoutant. Il se pencha sur moi, posa un doux baiser sur mes lèvres, me faisant frissonner toute entière et je capitulais, sans retenue.

Peut être avait il senti ma détresse ? Je ne savais pas vraiment mais il changea d’avis tout à coup, réfléchissant un instant avant de m’annoncer qu’il me ramenait chez moi et puis.. qu’il souhaitais me revoir et ses dernières paroles réchauffèrent mon cœur comme jamais.

Une voiture noire se trouvait à présent en haut des marches, même si je ne l’avais pas entendu venir. Mais je devais surement être trop troublée par le baron pour m’en apercevoir.. qu’importe. Un chauffeur sortir pour venir ouvrir la portière arrière et le baron s’écarta de moi pour attraper ma main et m’inviter à monter les quelques marches qui nous séparaient de son carrosse. Je le suivis bien entendu, m’engouffrant dans le véhicule, lui à ma suite et il démarra aussitôt, quittant les lieux pour me ramener. Je n’eu pas besoin d’indiquer la route, c’est comme si le chauffeur le savait déjà, c’était troublant.

Durant tout le trajet je suis restée dans ses bras et il ne chercha pas à m’en dissuader et je vis, avec tristesse, apparaitre le coin de ma rue, signe que le voyage allait s’arrêter. Je ne pus retenir quelques larmes, larmes qu’il essuya du bout de ses doigts délicats, me promettant qu’il reviendrait.

J’eu vraiment du mal à le quitter mais je me retrouvais pourtant devant ma porte alors que la voiture disparaissait comme un nuage de fumée, emportant avec elle ce rêve éveillée. Je suis restée encore un moment à attendre devant chez moi, me demandant même si je n’avais pas rêvé même si je pouvais encore sentir de gout de ses lèvres sur les miennes.

J’avais déjà si hâte de le revoir..



~ TERMINE ~

_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:29    Sujet du message: Sweet rain [PV Lola]

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Blackout Index du Forum -> HORS-JEU -> Archives -> Archives RP Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com